Date de sortie 6 février 2013
Durée 100 mn
Réalisé par Jean-Paul Lilienfeld
Avec Sophie Marceau , Miou Miou , Marc Barbé
Scénariste(s) Jean-Paul Lilienfeld
Distributeur Rezo Films
Année de production 2013
Pays de production France
Genre Thriller
Couleur Couleur

Synopsis

Un soir,une femme se rend dans un commissariat pour confesser le meurtre de son mari violent, commis il y a plusieurs années. Plus la policière de permanence interroge cette femme, plus elle connait sa vie, moins elle a envie de l’arrêter. Pourquoi cette femme que personne ne soupçonnait veut-elle absolument être reconnue coupable ? Pourquoi cette policière ne veut-elle absolument pas l’arrêter ?L’une des deux gagnera. Mais que veut dire gagner dans ce genre de circonstances ?D'après Les lois de la gravité de Jean Teulé

Offres VOD de Arrêtez-moi

Imineo SD Imineo 4.99 € Louer 9.99  € Acheter
MYTF1VOD SD MYTF1VOD 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange SD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
FilmoTV SD FilmoTV 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
CANAL VOD SD CANAL VOD 2.99 € Louer 7.99  € Acheter

Toutes les séances de Arrêtez-moi

Photos de Arrêtez-moi

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Arrêtez-moi !

Arrêtez-moi

Arrêtez-moi

Arrêtez-moi

Arrêtez-moi

Arrêtez-moi

Affiche

Arretez moi

Arretez moi

Arretez moi

Arretez moi

Arretez moi

Arretez moi

Critiques de Arrêtez-moi

  1. Première
    par Frédéric Foubert

    Sujet de société + suspense en huis clos + icône glamour déterminée à casser son image : dans Arrêtezmoi, Jean-Paul Lilienfeld reprend les ingrédients qui ont fait le petit succès de La Journée de la jupe. Après Isabelle Adjani en prof de français borderline, Sophie Marceau incarne une mère de famille prolo, femme battue et tiraillée par un sentiment de culpabilité paradoxal que le film va s’employer à disséquer. Le sujet possède une force évidente, mais il est constamment tiré vers le bas par les raccourcis sociologiques et les partis pris esthétiques de Lilienfeld, pris en tenailles entre la théâtralité étouffante du dispositif et des bizarreries formalistes inopérantes (les flash-back en caméra subjective). Du coup, ce Garde à vue au féminin finit par ressembler à un fantasme de cinéma vieille France, extrêmement poussiéreux et comme calibré pour les soirées-débats d’Alain Jérôme. Il confirme aussi au passageque les bonnes intentions n'ont jamais fait les bons films.