DR

Arte rediffusait ce week-end le documentaire Jayne Mansfield, la tragédie d'une blonde, disponible en replay sur le site de la chaîne franco-allemande.

Reine des pin-ups, sex symbol incendiaire des années 50 et 60, rivale annoncée de Marilyn Monroe sur le créneau des "dumb blondes" hollywoodiennes... Jayne Mansfield fut une étoile filante qui connut les affres de la célébrité fulgurante pendant plus d'une décennie, entretenant sa légende de croqueuse d'hommes et de séductrice sulfureuse jusqu'à se consumer.

Le destin de Jayne Mansfield était celui d'une jeune fille de Pennsylvanie dont les mensurations de rêve l'ont cantonné au rôle d'objet du désir dans des comédies inégales (avec pour les meilleures, celles de Frank Tashlin ou Stanley Donen), sur les couvertures de Playboy ou dans ses tournées dans les nightclubs de Las Vegas. Aux côtés de Marilyn Monroe, Bettie Page ou Anita Ekberg, elle fit exploser les codes de la féminité dans les années 50 et 60. Mais celle dont le nom reste encore indélébilement associé à l'idée à sa poitrine généreuse et sa crinière blonde presque fétichisée était pourtant une personnalité bien plus complexe que la blonde gentiment idiote qui faisait fantasmer tous les hommes de la planète.

Mariée trois fois, elle eut en tout cinq enfants, dont Mariska Hargitay, principalement connue pour son rôle d'Olivia Benson dans la série New York, unité spéciale. Cette instabilité sentimentale est à l'image de la personnalité de Jayne Mansfield, broyée par le succès à la fin des années 50, qui la fait plonger dans l'alcool et les médicaments. Le 29 juin 1967, la Buick conduite par son chauffeur s'encastre dans un camion en plein nuit. L'actrice meurt d'un écrasement de la boîte cranienne tandis que ses trois enfants, à l'arrière de la voiture, s'en sortent légèrement blessés.

Pour la chaîne Arte, Patrick Jeudy a réalisé le documentaire Jayne Mansfield, la tragédie d'une blonde, diffusé dimanche dernier sur la chaîne franco-allemande. Le documentaire est encore disponible en replay jusqu'au 25 janvier sur le site de replay Arte+7, pour permettre d'en (re)découvrir plus sur l'actrice qui mit tous les Américains à ses pieds, ouvrant la voie à plusieurs générations de blondes vénéneuses.