Nom de naissance Bachelot
Genre Femme
Profession(s) Politicienne, Présentatrice
Avis

Biographie

Née le 24 décembre 1946 à Nevers dans la Nièvre, Roselyne Bachelot-Narquin est une femme politique française. Ministre de l'Ecologie et du Développement durable sous la présidence de Jacques Chirac, elle devient Ministre de la Santé et des Sports puis Ministre des Solidarités et de la Cohésion Sociale sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Docteur en pharmacie, Roselyne Bachelot a su séduire les français par son franc-parler et ses tailleurs rose bonbon. Retirée de la vie politique, elle devient en 2012 chroniqueuse de Laurence Ferrari dans son émission Le Grand 8, sur D8.Qui d'autre que Roselyne Bachelot peut se permettre de porter des crocs roses à la sortie du conseil des ministres ? A vrai dire, personne. Car si Roselyne Bachelot est devenue une femme politique de premier plan, c'est certes grâce à son talent politique, mais également grâce à cette décontraction naturelle qui lui donne l'air sympathique auprès des Français.Pourtant, malgré cette bonne humeur affichée, Roselyne est un vrai animal politique, qui a également du faire face à de vives critiques, notamment lors de la crise de la Grippe A (H1N1), quand sa réaction - plus de 95 millions de vaccins commandés - a été jugée disproportionnée. Pourtant, malgré ces controverses, en professionnelle aguerrie de la politique, Roselyne tient le cap.La politique, une affaire de familleCar la politique, c'est une affaire de famille chez les Narquin. Son père, Jean Narquin, résistant de la première heure pendant l'Occupation, était un député gaulliste. Son frère, Jean-Yves Narquin, est quant à lui maire divers droite de Villedieu-le-Château, dans le Loir-et-Cher. "Dès 7,8 ans, je le suivais (son père, ndlr) dans les préaux surchauffés où se tenaient les réunions politiques" explique-t-elle au quotidien Libération en 2008. D'ailleurs, Jean Narquin n'imagine pas quelqu'un d'autre que sa fille pour prendre sa suite à la tête de la circonscription Angers-Nord.Mais avant cela, dans la lignée de ses parents tous deux chirurgiens dentistes, elle suit des études de pharmacie à l'Université d'Angers. Elle travaille en parallèle en tant que déléguée médicale pour divers laboratoires. A cette époque, elle rencontre Jacques Bachelot, qu'elle épouse en 1968. De cette union naîtra un fils, Pierre, en 1970.Militant pour le RPR à l'instar de son père, elle devient conseillère générale des Pays de la Loire entre 1982 et 1988, année où elle décroche enfin son doctorat en pharmacie. En 1988, comme le souhaite son père, elle se présente aux élections législatives dans la circonscription Angers-Nord. Élue  elle prend donc la suite de son père dans cette circonscription. Elle se fait réélire en 1993, 1997 et 2002, et devient dès lors une cadre du RPR, devenu UMP sous la présidence Chirac.Jacques Chirac, son autre père politique D'ailleurs, sa carrière politique, si elle l'a doit à son père, elle l'a doit aussi à Jacques Chirac. En effet, ce dernier la nomme secrétaire générale adjointe du RPR dès 1989, et la choisi en 2002 comme porte-parole pour sa seconde campagne présidentielle. Ainsi, après la victoire de Jacques Chirac, celui-ci la récompense en lui confiant le poste de Ministre de l'Ecologie et du Développement durable dans le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin. Elle occupe ce poste jusqu'en 2004. Seulement entre temps, Roselyne est devenue une cible pour les caricaturistes comme Les Guignols de l'info qui se moquent de sa gestion de la canicule, survenue en 2003, en la faisant passer pour une incapable niaiseuse à coup de "ha bon !?"Entre 2004 et 2007, elle siège au parlement européen mais une nouvelle fois, tire son épingle du jeu après l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République. Très proche du Premier Ministre François Fillon, elle est alors nommée Ministre de la Santé et des Sports. Seulement, en 2009, sa place est de plus en plus menacée par sa gestion controversé de la crise de la Grippe A. En effet, pour empêcher le virus H1N1 de s’étendre dans la population, elle commande 95 millions de vaccins aux laboratoires. Certains considèrent cette réponse exagéré tandis que d'autres l'accusent d'enrichir les laboratoires pour lesquels elle travaillait par le passé.Quoi qu'il en soit, Roselyne Bachelot continue de jouir d'une image de femme sympathique auprès du public. Si certains la juge incompétente, Nicolas Sarkozy ne peut se passer de cette figure du gaullisme et du chiraquisme. Il décide donc pour calmer les esprit de la muter à un ministère moins exposé, celui des Solidarités et de la Cohésion Sociale. Dès lors, elle apparaît moins souvent dans les médias.Un retrait progressif de la vie politique En 2012, preuve que Roselyne est une personnalité politique de premier plan, elle est nommée par l'Elysée - sous la présidence de François Hollande - à la Commission sur la rénovation et la déontologie de la vie publique, commission présidée par Lionel Jospin. Néanmoins, elle décide également de démissionner de son poste de député expliquant qu'elle ne souhaite plus exercer de mandat.Mais l'engagement de Roselyne Bachelot ne se limite pas à la politique. Sensibilisée au féminisme dès son plus jeune âge par sa mère, elle milite activement dans diverses association pour le droit à la contraception, à l'avortement mais aussi dans des associations de lutte contre le Sida. Elle milite également pour le mariage homosexuel et fut, au sein de l'UMP, la seule à voter en faveur du PACS.Preuve que pour Roselyne l'exercice du pouvoir est une période révolue, elle accepte de rejoindre l'équipe de chroniqueuses de Laurence Ferrari dans l'émission Le Grand 8, diffusée sur D8. Avec Audrey Pulvar, Hapsatou Sy et Elisabeth Bost, elle est donc la nouvelle experte politique de la chaîne du groupe Canal+.Un salaire jugé indécentSeulement, quand elle annonce que ce nouveau poste lui rapportera plus que son porte-feuille de ministre (11 000 €), elle devient la cible de de plusieurs médias qui estiment que son salaire est indécent. Si elle n'a pas donné le montant exacte de son salaire, le magazine Télé 2 Semaines annonce quant à lui un salaire de 1 000 euros par émission, soit un salaire cinq fois plus élevé que ses confrères sur la TNT qui touchent en moyenne entre 90 et 200 euros par émission. A en croire Télé 2 Semaines, Roselyne Bachelot serait ainsi payée 20 000 euros par mois pour s'afficher au côté de Laurence Ferrari dans le Grand 8.Mais cette année-là, pour sa première saison télévisuelle, Roselyne a prouvé qu'elle pouvait venir du sérail politique et ne pas ménager ses anciens collègues, comme lors des affaires Guéant et Cahuzac. Elle n'hésite pas en effet à se désolidariser de la classe politique et à dire ses vérités. Elle est également au cœur d'une polémique autour de la carte de presse. Ainsi, quand Laurence Ferrari se voit supprimer sa carte de presse, Roselyne s'insurge de cette décision. Roselyne a tant fait parler d'elle cette saison qu'elle considéré comme une des révélations télé de l'année. Et elle ne compte pas s'arrêter en si bon chemin puisqu'à la rentrée 2013, en plus de son rôle de chroniqueuse dans Le Grand 8, elle prend les commandes d'une émission sur l'actualité politique sur la chaîne d'information en continu du groupe Canal+ : i>télé.Le 14 juillet 2013 elle se voit décerner la Légion d'Honneur au grade de Chevalier.Son parcours en quelques dates 1982-1998, conseillère générale de Maine et Loire1988-2002, Députée de la circonscription Angers-Nord, circonscription de son père, Jean Narquin.1989-1992, Secrétaire générale adjointe du RPR1992-1993, Déléguée générale "Femmes" du RPR1995-2001, Conseillère municipale d'Angers1998, Présidente de la Commission de l'environnement et de l'aménagement du territoire au conseil régional des Pays de la Loire2001-2004, Vice-présidente du conseil régional des Pays de la Loire2002 : Porte-parole de la campagne présidentielle de Jacques Chirac2002 : Elue député de la 1e circonscription du Maine-et-Loire2002-2004, Ministre de l'environnement, de l'écologie et du développement durable2004-2005, Membre du bureau exécutif de l'UMP2004-2009, Députée européenne de la région Grand ouest2006 : Secrétaire générale adjointe de l'UMP2007 : Réélu député de la 1e circonscription de Maine-et-Loire2007 : Ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports dans le gouvernement François Fillon2010 : Ministre des Solidarités et de la Cohésion Sociale2012 : Elle se retire de la vie politique active et devient chroniqueuse sur la chaîne TNT D8.2013 : Médaillée de la Légion d'Honneur au grade de Chevalier