Nom de naissance LEISEN
Avis

Biographie

C'est Cecil B. De Mille qui, le premier, remarque le talent de Mitchell Leisen et fait de lui le costumier de nombre de ses meilleurs films. Frais émoulu d'une école militaire, il s'oriente vers le théâtre pour y exercer ses dons considérables de dessinateur. La splendeur de ses créations dans l'Admirable Crichton (1919, costumes), le Roi des rois (1927, décoration) ou le Signe de la croix (1932, assistant, costumes, décoration) lui ouvre une carrière fulgurante. Douglas Fairbanks, à l'affût du moindre talent original, lui demande les costumes de Robin des Bois (Alan Dwan, 1922) et ceux du Voleur de Bagdad (R. Walsh, 1924). Enfin, Ernst Lubitsch lui confie ceux de Rosita (1923).S'étant initié à la technique auprès de De Mille jusqu'au début des années 30, il passe à la réalisation en 1933. La Paramount, prudente, le flanque d'un coréalisateur, Stuart Walker. Mais cet artisan modeste ne fut sans doute pour rien dans le charme froufroutant de Cette nuit est notre nuit (Tonight Is Ours, 1933) ni dans la mélancolie feutrée de l'Aigle et le Vautour (The Eagle and the Hawk, id.). Leisen, psychologue raffiné, humoriste délicat, qui connaissait exactement les limites où commence le mauvais goût, développe son uvre, alternant besognes commerciales et entreprises personnelles, et devient ainsi l'un des grands « petits maîtres » d'Hollywood. Ses comédies (Jeux de mains Hands Across the Table, 1935, et ces deux chefs-d'uvre du genre que sont Vie facile Easy Living, 1937, et la Baronne de minuit Midnight, 1939) sont un délicieux mélange de sentiments, de burlesque débraillé, et de mots d'auteur finement ciselés (Preston Sturges ou Billy Wilder !). Ses mélodrames (Swing High, Swing Low, 1937 ; Par la porte d'or Hold Back the Dawn, 1941 ; À chacun son destin To Each His Own, 1946) sacrifient le flamboiement à la justesse du ton, à la délicatesse de l'imagerie ou à la richesse psychologique.Il y avait une autre facette à la personnalité changeante de Leisen : l'esthète chatoyant aux déconcertantes recherches chromatiques (L'aventure vient de la mer Frenchman's Creek, 1944 ; les Nuits ensorcelées Lady in the Dark, id.). Vers 1946, sa carrière commence à décliner en même temps qu'Hollywood. Il a du mal à trouver l'équilibre nécessaire à l'éclosion de son art : les réussites brillantes comme la Duchesse des bas-fonds (Kitty, 1945, comédie mordante et plastiquement splendide sur le thème de Pygmalion, située dans l'Angleterre de Gainsborough) ou comme Chaînes du destin (No Man of Her Own, 1950, excellente adaptation de William Irish, unique et magistrale incursion de Leisen dans le domaine du film noir) sont rares. Mais une production modeste comme Une fille qui promet (The Girl Most Likely, 1957) atteste l'invention et le goût toujours intacts du cinéaste. Il termine sa carrière par une abondante production TV. Il laisse le souvenir de ce que l'artisanat hollywoodien pouvait avoir de meilleur et de spécifique.

Filmographie Cinéma

Année Titre Métier Rôle Avis Spectateurs
2015 Thirteen Hour By Air Réalisateur -
2015 The Twilight Zone : The Sixteen Réalisateur -
2015 The Big Broadcast Of 1938 Réalisateur -
2015 The Twilight Zone : Escape Cause Réalisateur -
2015 Chaînes Du Destin Réalisateur -

Stars associées