Nom de naissance Di Fonzo Bo
Genre Homme
Profession(s) Acteur, Metteur en scène
Avis

Biographie

Marcial Di Fonzo Bo est né en 1968 à Buenos Aires. En 1987, âgé de vingt et un ans, il quitte l’Argentine pour s’installer définitivement à Paris, où il commence par assister Alfredo Arias et le groupe TSE dans de nombreux spectacles.En 1991, il s’inscrit à l'École du Théâtre national de Bretagne, où il suit les cours de Christian Colin et Didier-Georges Gabily. Durant ses études, il fait la rencontre de Claude Régy, qu’il retrouve plus tard dans Paroles du sage d’Henri Meschonnic (1993), La Terrible Voix de Satan de Gregory Motton, mise en scène par Claude Régy (1994) et Quelqu'un va venir de Jon Fosse.Avec ses camardes de la première promotion de l'École du TNB, il crée la compagnie des Lucioles en 1994 et se lance dans la mise en scène. En 1995, on le retrouve dans la peau du personnage-titre, Richard III, de William Shakespeare, d'après une mise en scène de Matthias Langhoff. Suite à cette pièce, il est récompensé du prix d'interprétation de la critique théâtrale de Barcelone et le Prix de la révélation du Syndicat national de la Critique théâtrale en France. Deux ans plus tard, il rejoint Matthias Langhoff, dans sa mise en scène du texte de Franz Kafka, Ile du salut – Rapport 55 sur la colonie pénitentiaire.pagebreakSous la direction du metteur en scène, il joue également dans L'Inspecteur général de Nikolaï Gogol. Deux ans plus tard, on le retrouve dans Borges de Rodrigo Garcia (2002) avant de jouer dans Muñequita ou jurons de mourir avec gloire d'Alejandro Tantanian (2003) et L'Enfant prolétaire d'Osvaldo Lamborghini en 2004. Il est distingué par le Syndicat national de la critique et désigné comme meilleur acteur de l’année.Il collabore avec un grand nombre de metteurs en scène notamment, Bérangère Bonvoisin dans Le Poisson des grands fonds de Marie Luise Fleisser, François Wastiaux dans la pièce I Parappazzi d’Yves Pagès(1998).Il joue ensuite dans la pièce signée Olivier Py, intitulée, L'Apocalypse Joyeuse (2000). Sous la direction de Jean-Baptiste Sastre, il est dans Tamerlan le grand de Christopher Marlowe en 2001. Il joue également dans une pièce écrite et mise en scène par Rodrigo Garcia, Je crois que vous m’avez mal compris en 2003. On le retrouve la même année dans Le Couloir, une pièce de Frédéric Maragnani et Philippe Minyana, suite à laquelle il obtient à nouveau le Prix du meilleur acteur par le Syndicat de la Critique. En 2005, il est dirigé par Luc Bondydans sa pièce intitulée Viol.pagebreakLe comédien réussit à se faire également un nom au cinéma. Après sa première apparition dans le film Tango Nuestro (1987) de Jorge Zanada, il attendra un peu plus de dix ans pour lancer véritablement sa carrière au cinéma. Il joue dans Peau neuved'Emilie Deleuzeen 1998. La même année, il décroche un rôle dans Disparus de Gilles Bourdos. On le retrouve également dans le court-métrage de François Favrat, Mon meilleur amour (2001) avant de tourner dans le film de Claude Mourieras, Tout va bien, on s'en va en 2002.Il participe ensuite au drame de Siegrid Alnoy, Elle est des nôtreset enchaîne avec une comédie intitulée Travaux, on sait quand ça commence, signée par Brigitte Roüan, aux côtés de Carole Bouquet, Jean-Pierre Castaldi et Aldo Maccione.Comédien, acteur, il est également metteur en scène. En 1998, il collabore avec Pierre Maillet et Elise Vigier, pour monter la pièce, Copi, un portrait. Présentée d’abord en France, la pièce fait le tour d’Amérique du Sud durant les années 1999-2000. Les pièces vont alors se succéder notamment, Eva Perón de Copi en collaboration avec Bruno Geslin en 2001. Après une seconde tournée, il met en scène le texte de Leslie Kaplan, L'Excès-l'usine dirigeant ainsi une cinquantaine de musiciens, huit acteurs et une soixantaine d'habitants de la ville de Rennes pour traduire cette « grande usine-univers ».pagebreakEn 2003, il réalise la mise en scène d’un troisième texte de Copi, intitulé La Tour de la Défense. On le retrouve en 2008 dans la mise en scène de La Estupidez (2008) du dramaturge argentin Rafael Spregelburd, la cinquième pièce parmi les sept capitales. Ce dernier s’inspire de la représentation des Sept Péchés capitaux de Jérôme Bosch à Madrid et décide d’écrire sept pièces dont chacune est consacrée à un pêché. En tant qu’acteur, comédien, metteur en scène, Marcial Di Fonzo Bo continue d’investir la scène artistique avec la même énergie de ses débuts et la même conviction, « Le théâtre doit déranger et être insupportable. A croire. Aller à l'encontre du réel dans le seul but de le questionner. De mettre (en scène) notre art à l'épreuve. »Il est nommé aux Molières en 2011 en tant que meilleur metteur en scène pour la pièce La Mère.

Filmographie Cinéma

Année Titre Métier Rôle Avis Spectateurs
2015 A Deux C'Est Plus Facile Acteur Eric Lesage
2009 Non ma fille, tu n'iras pas danser Acteur Thibault
2005 Travaux, On Sait Quand Ça Commence... Acteur l'architecte
2004 Le Role De Sa Vie Acteur Luis
1999 Tout Va Bien, On S'En Va Acteur Frederico

Stars associées