Nom de naissance Laure Adler
Genre Femme
Avis

Biographie

Laure Adler est une journaliste et écrivaine française. Elle est née Laure Clauzet, le 11 mars 1950 à Caen. Fille d’un ingénieur agronome, elle passe sa petite enfance en Guinée, puis son adolescence en Côte d’Ivoire. Elle ne connaîtra vraiment la France qu’à l’âge de dix-sept ans. Un an après son retour, elle fait la connaissance de l’ethnologue Fred Adler, son premier mari dont elle gardera le nom de famille. Maîtrise de philosophie en poche, Laure Adler décide de poursuivre ses études en réalisant une thèse d'histoire, dans laquelle elle s’intéresse aux féministes du dix-neuvième siècle. En 1974, par un concours de circonstances, elle entre comme secrétaire à la chaîne de radio publique France Culture. Cinq années plus tard, elle publie son premier ouvrage sous le titre À l'Aube du féminisme, les premières journalistes, qui la propulse inexorablement dans la catégorie des femmes de plume féministe. En 1989, à l’aube de ses quarante ans, Laure Adler est nommée conseillère à la culture auprès du président François Mitterrand. Sa carrière prend une nouvelle tournure, elle se lance dans la présentation télévisuelle, tout en continuant la production et la présentation de quelques émissions à la radio. En 1993, elle intègre France 2, avec pour mission d’animer et produire le programme créé par Michel Field , le Cercle de Minuit. Quatre années plus tard, elle quitte France 2 pour Arte, avec un nouveau challenge : animer l’émission mensuelle Permis de penser. Ecrivain dans l’âme, elle évolue aussi dans le monde de l’édition. Après avoir travaillé avec les Éditions Payot, Denöel et Plon, elle fait son entrée chez Grasset en tant que responsable des essais et documents, ce qui lui ouvre les portes de la direction de France Culture, position qu’elle occupe à partir de 1999.Le 31 août 2005 marque la fin de sa fonction à la tête de la chaîne. Elle quitte son poste, après avoir été longuement critiquée et controversée sur son mode de management et ses choix. Quelques mois plus tard, elle rejoint le groupe d’édition La Martinière , où elle est appelée à prendre les commandes du secteur Littérature et Documents des éditions du Seuil, mais elle est relevée de ses fonctions en décembre 2006. Elle se consacre alors à la présidence de l'association Le Transfo, Art et Culture en Région Auvergne, jusqu’en février 2008. Cette fervente féministe, membre du Mouvement de libération des femmes au début des années soixante-dix et fascinée par le parcours de la célèbre militante du dix-neuvième siècle Flora Tristan, a toujours vaillamment soutenu la cause des femmes, que ce soit dans son œuvre ou dans sa vie. Lors des élections présidentielles de 2007, Laure Adler soutient activement la candidature de Ségolène Royal , en s’engageant aux côtés de cent cinquante autres intellectuels pour promouvoir le slogan, « contre une droite d'arrogance, pour une gauche d'espérance». Sur le plan personnel, Laure Adler a su créer et préserver son cocon familial, entourée de son second mari, l’écrivain Alain Veinsteil, et de ses trois enfants, dans leur demeure parisienne. Laure Adler nous fait découvrir de nombreuses œuvres, comme la biographie de la célèbre dramaturge française Marguerite Duras , publiée en 1998 et lauréate du prix Fémina au cours de la même année. Son roman, À ce soir, paru en 2001, retrace le combat et la souffrance morale de Laure Adler, lors de la disparition de son fils Rémi, survenue dix-sept ans auparavant. Continuant à dresser les portraits de personnalités des arts, de la littérature et de la politique, elle s’intéresse à l’auteur Jacques Attali dans J. Attali : entretiens en 2007, au designer Philippe Starck la même année ( Starck, Philippe : entretiens) et à Simone Weil en 2008, avec L'insoumise, Simone Weil.En 2009, elle signe chez Actes Sud l’ouvrage Histoire de notre collection - Pierre Bergé Yves Saint Laurent.