DR

Spoiler : on a n’a pas été très visionnaire sur ce coup.

Il y a quarante ans jour pour jour Rocky sortait dans les salles américaines. Nommée dans dix catégories aux Oscars, l’histoire crée par Sylvester Stallone et mise en image par John G. Avildsen domine le box-office US et s’apprête à rafler trois statuettes (dont le meilleur film et le meilleur réalisateur). Né quelques mois plus tôt, Première dégaine son avis… et tombe plutôt à côté de la plaque.

L’auteur utilise un style gonzo pour décrire son ressenti et les conditions particulières dans lesquelles il l’a visionné à New-York. La critique ciné est encore un Far West, et l’auteur tire sans sommation. 

"Disons tout de suite la vérité ! J’ai vu Rocky à New-York, dans un cinéma de Broadway, près de la quarante-deuxième rue, tard le soir, fatigué par le décalage horaire et lorgné de travers par un personnage un peu louche. Je partais pourtant avec un bon préjugé, influencé par l’avis chaleureux de notre correspondante aux USA, Jocelyne Benzakin, et impressionné par les dix citations aux Oscars de ce film.

Plus lourde fut ma déception. Cette histoire de boxeur ringard, qui trouve la gloire en affrontant le Champion du monde des poids lourds, pèse quinze tonnes. Sylvester Stallone, auteur et interprète du film, ressemble à Paul McCartney qui, se voyant grossir, aurait décidé de faire du culturisme. Il y a bien quelques moments sentimentaux où le beau Rocky fait des yeux de boxeur mort d’amour à un vendeuse de daphnies interprétée par Talia Shire, mais ça ne vaut quand même pas Roméo et Juliette !

Je dois aussi l’avouer, j’ai quitté la salle au moment où la "Bête" s’entraîne contre un bœuf sanguinolent. Mais il paraitrait, aux dernières nouvelles, que j’ai manqué la meilleure partie : la scène où, ensanglanté, après un soixante-quinzième round éprouvant, il rejette Monsieur Ramirez, pour tomber dans les bras de la belle Adrian. Moi qui aime les "happy end »…

Après avoir lu ça, vous devez vous demander : Comment cette critique a-t-elle pu être publiée dans le magazine ? Pourquoi ne pas avoir laissé la correspondante donner son avis (positif) sur le film ? Le stagiaire s’est-il fait virer ?

La réponse est simple. L’auteur n’est autre que Jean-Pierre Frimbois, qui venait de fonder Première et en était le directeur de la rédaction. Et s'il avait envie de se payer Rocky, avec une mauvaise foi assumée, il n’y avait personne pour le censurer.