Seven
Nesw Line Cinema

Brad Pitt et Morgan Freeman mènent l'enquête, dimanche soir sur TF1.

Pour terminer le week-end en beauté, la première chaîne mise sur deux thrillers mémorables : Split, de M. Night Shyamalan, puis Seven, de David Fincher. Certes, ce dernier est une marotte du petit écran (on ne compte plus ses rediffusions en deuxième partie de soirée), mais il reste tout de même un une réussite exemplaire. C’était en 1995, Brad Pitt avait le même sex appeal, en un peu plus jeune, Morgan Freeman dégageait toujours cette même élégance taiseuse, en un peu plus jeune. Et Première appelait encore Brad Pitt "l’acteur le plus en vue du moment". La carrière qu’on lui connaît aujourd’hui, l’une des plus pointues et cohérentes des 20 dernières années, doit beaucoup de son prestige à David Fincher : après Seven viendront Fight Club et L’Etrange Histoire de Benjamin Button, deux oeuvres importantes de la filmo du cinéaste.

Pourquoi les oeuvres de David Fincher sont aussi fascinantes ?

Seven un film sombre, éprouvant, à l’efficacité inaltérable que Première vous recommande vivement : "C’est du double concentré de thriller qui nous est servi ici. De l’expresso bien noir, bien serré. Du qui dérange sévère, comme on n’avait pas été secoué depuis le Silence des agneaux. (…) Tout commence suivant un schéma on ne peut plus classique, avec les deux partenaires que tout oppose et qui, d’ailleurs, ne s’entendent guère. Mais, partir de là, le film nous emmène dans des territoires rarement défrichés par le cinéma de genre. L’enquête se transforme en quête initiatique. Pour retrouver la piste du tueur, le vieux flic devra d’abord réviser son Dante et son Chaucer, grands explorateurs des abysses de l’âme humaine. Le tuteur se révèle aussi brillant, aussi brutal, aussi dérangé et dangereux que l’était Hannibal le cannibale. (..) Avec Brad Pitt, le film bénéficie de la présence d’un des acteurs les plus en vue du moment. Son interprétation énergique fait contrepoint à celle, pleine de retenue et de nuances, de Morgan Freeman. (..) Tout est fait plus stimuler le spectateur et le maintenir constamment sous pression, et cela dès le magnifique générique du début, véritable manifeste esthétique qui se situe à l’avant-garde de ce que l’on pourrait généralement voir en la matière. En dehors d’une très spectaculaire poursuite, le film ne comporte que très peu de scènes d’action, explosions ou carambolages gratuits. Il propose en revanche plusieurs coups de théâtre sidérants et de nombreuses séquences qui devraient mettre nombre de spectateurs délicieusement mal à l’aise."

Se7en : une plongée au coeur d'un générique culte