Roma
Netflix

"Pourquoi un tel mépris pour l’œuvre originale, et pour la langue des spectateurs ?" L'association des traducteurs et adaptateurs de l'audiovisuel dénonce la piètre qualité des sous-titres de Roma, d’Alfonso Cuaron.

Netflix est régulièrement la cible de critiques et de moqueries sur les réseaux sociaux à cause de ses sous-titres, souvent remplis de fautes d’orthographe et de grammaire, mais aussi de contresens ou même d’absence de traduction lors de scènes clés des films ou séries à succès ! A force de multiplier les adaptations désastreuses, la plateforme fait même en ce moment l’objet d’un hashtag moqueur sur Twitter, #TraduisCommeNetflix, où les internautes s’amusent à imaginer de fausses traductions ratées pour dénoncer les non-sens des véritables adaptations du studio.

On peut maintenant apprendre une langue étrangère en regardant des séries sur Netflix

Un constat fait également par l’ATAA, l’association des traducteurs et adaptateurs de l'audiovisuel, qui a choisi Roma, d’Alfonso Cuaron, comme exemple parfait de projet distribué par Netflix avec de mauvais sous-titres. En plus de détailler toutes ses erreurs d’adaptation dans un article intitulé "Le sous-titrage français de Roma ou comment abîmer un chef-d’œuvre, par Netflix", l’organisme dénonce des problèmes de traduction à tous les niveaux : “Le désastre est d’une telle ampleur que nous sommes obligés de procéder par listes, d’abord des problèmes formels, puis de traduction et d’adaptation, si toutefois ces deux mots ont encore leur place ici. (…) Pourquoi le signalement de telles énormités n’a-t-il pas immédiatement déclenché la révision intégrale des sous-titres ? Y a-t-il quelqu’un aux commandes ? (…) Que conclure de l’examen attentif des sous-titres, sinon que le traducteur n’est pas un professionnel ? Qu’il ne devait pas avoir accès à l’image ? Qu'il a probablement travaillé à partir des sous-titres anglais et non à partir des dialogues originaux ? Qu'il est également possible qu'il s'agisse d'une traduction automatique vaguement relue ? Que l’ensemble du processus de traduction mis en place par Netflix ne répond à aucune norme professionnelle ? Ou plutôt, à la moindre notion de bon sens ou d’efficacité ?"

Un coup de gueule, qui fait du bruit aussi bien auprès des professionnels que des abonnés anonymes : en le publiant juste avant les Oscars, ses auteurs profitent de l’engouement autour du film en pointant du doigt les décisions incompréhensibles du studio, qui semble sacrifier ses sous-titres, même sur des projets d’une telle ampleur, qui ont pourtant coûté cher à la firme :  “Pourquoi Netflix, qui dépense des fortunes en publicité et en achat et création de contenu (25 millions de dollars ont été investis dans la promotion de Roma), n’a pas confié l’adaptation du film à un traducteur professionnel, comme le font tous les distributeurs et les chaînes, que ce soit pour les films ou les séries ? Pourquoi un tel mépris pour l’œuvre originale, et pour la langue des spectateurs ? Comment ne pas penser que le problème est le même pour toutes les langues ? Alfonso Cuarón a déjà désavoué les sous-titres castillans du film, mais sait-il que Roma est totalement dénaturé dans le monde entier ? Que vaut la promesse faite par Netflix de rendre accessible à un large public les films de réalisateurs prestigieux, si la traduction empêche de les comprendre ou les transforme en comédie ?”

L’ATAA demande officiellement "l’ouverture d’un dialogue sincère et constructif". Pour l'instant, les gérants de la plateforme n’ont pas encore réagi.

Alfonso Cuaron reçoit le prix du meilleur réalisateur des mains de Guillermo Del Toro