Van Damme Predator
20th Century Fox/Stan Winston School

"J’étais juste un mec dans une tenue en caoutchouc"

Vous le savez certainement si l’histoire du tournage de Predator vous intéresse : Jean-Claude Van Damme devait au départ incarner la créature tueuse du film de John McTiernan, avant d’être remercié après joué une seule scène où le Predator est invisible (d’où cette fameuse tenue rouge improbable). Van Damme a longtemps refusé d’évoqué le sujet, car les choses se sont visiblement mal passées entre lui et l’équipe. Mais l’acteur belge a finement décidé de se confier à Yahoo ! et il explique avoir charmé McTiernan lors d’une audition dans les studios 20th Century Fox, grâce à différentes cascades et à son fameux « split », grand écart de l’extrême. « Mais quand le costume est arrivé, j’étais limité dans mes mouvements. J’étais juste un mec dans une tenue en caoutchouc. À l’époque, je pensais : ‘Je vais être le Predator’. C’était un cauchemar, parce qu’en plus du caoutchouc, il faisait une chaleur terrible à Mexico. Les gens tombaient dans les pommes même sans le costume. Et moi je suais comme un fou. Après ils ont mis une sorte de tube dans la tenue pour faire passer la climatisation. C’était trop froid. Un coup trop chaud, un coup trop froid ».

Il ajoute que « les gens disent que le costume ne ressemblait à rien. Non, il avait de la gueule (…) Mais c’était difficile de rester dedans ». Van Damme précise également s’être pris la tête avec le producteur : « Joel Silver et moi avons eu des discussions tendues ». Et c’est à ce moment-là que l’acteur Carl Weathers est venu le voir pour lui donner un conseil : « Il m’a dit : ‘Ne te dispute pas avec Joel Silver sinon tu seras cramé à Hollywood’. J’ai répondu : ‘Tu veux dire quoi ?’ ‘Ne dis rien, attends qu’il te vire. Attends qu’il vire ton cul’ ». Il n’aura pas eu à attendre longtemps puisqu’il a rapidement été remplacé par Kevin Peter Hall. Quelques mois plus tard sortait Bloodsport, qui allait offrir la gloire à Jean-Claude Van Damme.

Predator : 7 anecdotes sur le classique de John McTiernan