PRODUCTION / WARNER BROS

Al Pacino est à l’honneur de Place au cinéma ce soir sur France 5, présenté par Dominique Besnehard, pour sa seconde collaboration magistrale avec Sydney Lumet après Serpico, couronné de l’Oscar du scénario 1976.

Un film tiré d’une histoire vraie

Un après midi de chien met en scène des braqueurs novices qui, cernés par la police et les médias, prennent en otage les employés de la banque qu’ils visaient. Cette histoire est l’adaptation d’un fait divers qui s’est réellement produit à New- York le 22 août 1972 où deux hommes, John Wojtowicz et Salvatore Naturile, avaient retenu durant près de 14 heures neuf otages à l’intérieur de l’établissement bancaire qu’ils visaient. Wojtowicz a pour l’occasion touché 7500 dollars et 1% des bénéfices générés par Un Après- midi de chien en échange des droits de transposition de ce moment particulier de sa vie.

Un film oscarisé

Avec 6 nominations, Un Après- midi de chien faisait partie des grands favoris des Oscars 76, marqués par une concurrence échevelée entre Barry Lyndon, Les Dents de la mer, Nashville et Vol au- dessus d’un nid de coucou qui fut le grand vainqueur de la soirée avec 6 trophées, dont le combo meilleurs film- réalisateur- acteur (Jack Nicholson). Le film de Sidney Lumet dut se contenter d’une seule récompense : l’Oscar du scénario décerné à Frank Pierson, absent ce soir- là sur scène car en plein tournage de son deuxième long métrage comme réalisateur : Une Etoile est née avec Barbra Streisand. Une victoire conquise de haute lutte notamment face à Federico Fellini (Amarcord) et Claude Lelouch (Toute une vie).

Pacino dit non puis oui

Au départ, Al Pacino avait refusé de tenir le rôle de ce braqueur dépassé par les événements qui reste encore aujourd’hui l’un des sommets de sa carrière. Sorti épuisé physiquement comme moralement du tournage du Parrain 2, cet adepte de la méthode Actor’s Studio ne se sentait pas la force d’incarner un personnage nécessitant de se mettre dans un état proche de l’hystérie chaque jour sur le plateau. Mais quand Sydney Lumet se résolut à proposer ce personnage à Dustin Hoffman, Al Pacino revint sur sa décision pour ne pas offrir ce « cadeau » à l’un de ses grands rivaux.

Pacino- Lumet deuxième

Le tandem Sydney Lumet- Al Pacino se reformait pour la deuxième fois à l’occasion de cet Un Après- midi de chien deux ans après Serpico. Et il fut un temps question qu’ils connaissent une troisième expérience commune en 1983 avec Scarface. Avant que Brian de Palma ne soit finalement choisi pour le mettre en scène.

Elton John en ouverture

Un Après- midi de chien s’ouvre une chanson d’Elton John, Amoreena, présente dans son album- concept Tumbleweed Connection aux accents country et western, sorti en 1970. Un choix qu’on doit à la monteuse du film Dede Allen rendue célèbre pour son travail sur Bonnie & Clyde. Elle avait en effet dès le départ posé ce titre sur cette scène d’ouverture. Lumet, séduit, ne put se résoudre à voir son film démarrer sans elle et décida au final d’en acquérir les droits. Déjà monteuse du cinéaste sur Serpico, Dede Allen le retrouvera trois ans plus tard sur The Wiz avec Michael Jackson.

A lire aussi sur Première

Cinq choses à savoir sur… Délivrance

Le classique de John Boorman est à l’honneur ce soir de « Place au cinéma » sur France 5, présenté par Dominique Besnehard

Cinq choses à savoir sur… Buffet froid

Le film culte de Bertrand Blier est à l’honneur ce soir de « Place au cinéma » sur France 5, présenté par Dominique Besnehard.