DR

Marc Webb n'a "pas vraiment de regrets".

Chahuté par les critiques, The Amazing Spider-Man 2 a signé la fin du reboot de la franchise, malgré des résultats au box-office honorables (708 millions de dollars à travers le monde). Depuis, le réalisateur Marc Webb ne s'était jamais vraiment exprimé sur le sujet. Collider a profité de la sortie de Gifted (avec Chris Evans) pour lui poser quelques questions. "Je n'ai pas vraiment de regrets. Il y a tellement de choses dont je suis fier. Il y a de l'ambition dans le deuxième film, en particulier", explique-t-il. "Je suis très content de cette idée qu'un super-héros ne peut pas sauver tout le monde. C'est un message important et j'y crois. Ce sont des films très, très difficiles à réaliser. Ils sont si complexes, les gens ne s'en rendent pas totalement compte. Ils n'ont pas été des désastres (…) Je me suis senti vraiment chanceux d'avoir cette opportunité (…) J'ai aimé chaque personne impliquée, vraiment. Je n'avais pas de relation tendue avec le studio, du tout. Il y avait beaucoup de gens très intelligents. Ce sont simplement des films compliqués à faire. J'en suis très fier et je les assume. Je ne suis pas une victime", jure-t-il.

Dans The Amazing Spider-Man 3, Parker aurait pu ressusciter les morts

Et lorsque Collider l'interroge sur l'avancée de The Amazing Spider-Man 3 avant que Sony ne décide d'arrêter la franchise, Marc Webb explique qu'aucune histoire n'avait encore réellement été développée. "On avait fini le deuxième et ils travaillaient sur Sinister Six, donc on a fait une pause. Et puis le hack de Sony est arrivé et tout s'est arrêté. Mais c'est la façon dont Hollywood fonctionne, parfois". 

Le Tisseur reviendra le 12 juillet prochain dans Spider-Man : Homecoming, une co-production Marvel Studios et Sony. Bande-annonce :