Titre original THE NAMESAKE
Date de sortie 28 mars 2007
Réalisé par Mira Nair
Avec Tabu , Irrfan Khan , Jacinda Barrett
Scénariste(s) Sooni Taraporevala
Distributeur Twentieth Century Fox
Année de production 2007
Genre Drame

Synopsis

Issu d'une famille d'immigrés indiens, Gogol est né et a grandi à Boston. Attiré par le mode de vie qui fait son quotidien, il rejette ses origines et fréquente une jeune Américaine. De leur côté, Ashoke et Ashima s'accrochent à leurs traditions...

Offres VOD de Un Nom Pour Un Autre

Videofutur SD Videofutur 1.99 € Louer 11.99  € Acheter

Photos de Un Nom Pour Un Autre

DR
PRODUCTION / 20TH CENTURY FOX
PRODUCTION / 20TH CENTURY FOX
PRODUCTION / 20TH CENTURY FOX
PRODUCTION / 20TH CENTURY FOX
PRODUCTION / 20TH CENTURY FOX
PRODUCTION / 20TH CENTURY FOX
PRODUCTION / 20TH CENTURY FOX
PRODUCTION / 20TH CENTURY FOX

Un Nom Pour Un Autre

UN NOM POUR UN AUTRE ; THE NAMESAKE (2006)

Film de Mira NAIRTABU, Kal PENN et Jacinda BARRETT

UN NOM POUR UN AUTRE ; THE NAMESAKE (2006)

Film de Mira NAIRTABU

UN NOM POUR UN AUTRE ; THE NAMESAKE (2006)

Film de Mira NAIRKal PENN et Zuleikha ROBINSON

UN NOM POUR UN AUTRE ; THE NAMESAKE (2006)

Film de Mira NAIRSoham CHATTERJEE, Irrfan KHAN et TABU

UN NOM POUR UN AUTRE ; THE NAMESAKE (2006)

Film de Mira NAIRKal PENN et Zuleikha ROBINSON

UN NOM POUR UN AUTRE ; THE NAMESAKE (2006)

Film de Mira NAIRTABU

UN NOM POUR UN AUTRE ; THE NAMESAKE (2006)

UN NOM POUR UN AUTRE ; THE NAMESAKE (2006)

Casting de Un Nom Pour Un Autre

Tabu
Ashima
Zuleikha ROBINSON
Moushumi Mazumdar

Critiques de Un Nom Pour Un Autre

  1. Première
    par Gérard Delorme

    Mira Nair s’adonne à un cinéma de bonnes intentions, qui prescrit les arts et la littérature (le fils aîné est prénommé Gogol en hommage à l’écrivain russe), mais dont la propension à simplifier frôle la mièvrerie et la caricature. On retiendra juste l’interprétation assez convaincante d’acteurs venus de Bollywood et la belle photo de Fred Elmes, ancien chef op de Lynch.

  2. Première
    par Félicien Cassan

    Après le très british Vanity Fair, la réalisatrice d’origine indienne Mira Nair revient aux sources du déracinement avec une fresque familiale d’une tiédeur éprouvante. Lente bien qu’elliptique, sa fresque distille un ennui savamment dosé, à renforts de dialogues lénifiants et de petits secrets sans grand intérêt. C’est évidemment en Inde qu’elle se révèle le plus à l’aise, laissant virevolter sa caméra au gré des mariages traditionnels, des célébrations au bord du Gange ou dans les rues de Calcutta. Aux Etats-Unis en revanche, on la sent empesée, frôlant le politiquement correct tout au long d’un film qui n’aurait demandé qu’à exploser d’avantage.