Titre original Konianski père & fils
Date de sortie 29 juillet 2009
Réalisé par Micha WALD
Avec Jonathan Zaccaï , Popeck , Abraham Leber
Scénariste(s) Micha WALD
Distributeur Haut et Court
Année de production 2009
Pays de production BE,CA,FR
Genre Film d'aventures, Comédie

Synopsis

Dans la famille Konianski, il y a Simon, 35 ans, éternel adolescent, fraîchement quitté par la femme de sa vie, une danseuse goy. Il y a Ernest, son père, contraint de l'héberger provisoirement, qui lui rend très vite la vie insupportable. Il y a Hadrien, le fils de Simon, un petit garçon passionné par les terribles souvenirs de son grand-père, ancien déporté. Mais il y a aussi Maurice, le vieil oncle paranoïaque, et Tante Mala qui n'a pas sa langue dans sa poche. Lorsqu'Ernest disparaît, tout ce petit monde s'embarque pour une expédition au fin fond de l'Ukraine, qui ne manquera pas de piquant.

Offres VOD de Simon Konianski

UniversCiné SD UniversCiné 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange SD Orange 1 € Louer 7.99  € Acheter
Cinemasalademande SD Cinemasalademande 3.99 € Louer

Photos de Simon Konianski

DR
PRODUCTION / VERSUS PRODUCTION / HAUT ET COURT
PRODUCTION / VERSUS PRODUCTION / HAUT ET COURT
PRODUCTION / VERSUS PRODUCTION / HAUT ET COURT
PRODUCTION / VERSUS PRODUCTION / HAUT ET COURT
PRODUCTION / VERSUS PRODUCTION / HAUT ET COURT
PRODUCTION / VERSUS PRODUCTION / HAUT ET COURT

Simon Konianski

SIMON KONIANSKI (2008)

SIMON KONIANSKI (2008)

SIMON KONIANSKI (2008)

SIMON KONIANSKI (2008)

SIMON KONIANSKI (2008)

SIMON KONIANSKI (2008)

Critiques de Simon Konianski

  1. Première
    par Alex Masson

    Tout comme il oppose deux générations en prise à d’éternels conflits, Micha Wald se retrouve avec deux films en un. Le premier est absolument jubilatoire quand il ose égratigner, dans d’hilarantes scènes de ménages familiales, le sacro-saint devoir de mémoire sur un air de « Il n’y a pas que la Shoah dans la vie ». Quant au second, il a beau démarrer sur les mêmes chapeaux de roue, il opère un demi-tour vers les bons sentiments à partir du moment où une procession funèbre en direction de l’Ukraine vire au road-movie. (...) Dommage qu’à l’inverse de l’excellent duo Zaccaï-Popeck, Wald ne sache pas réconcilier ces deux axes. Son bel art de la comédie douce-amère s’en retrouve réduit à une histoire juive, drôle, mais dont la chute est trop prévisible.