Date de sortie 10 novembre 2010
Durée 84 mn
Réalisé par Quentin Dupieux
Avec Stephen Spinella , Roxane Mesquida , Jack Plotnick
Scénariste(s) Quentin Dupieux
Distributeur UFO Dist.
Année de production 2010
Pays de production France
Genre Comédie
Couleur Couleur

Synopsis

Dans le désert californien, des spectateurs incrédules assistent aux aventures d’un pneu tueur et télépathe, mystérieusement attiré par une jolie jeune fille. Une enquête commence.Ce film est présenté dans le cadre de la 49ème Semaine de la Critique.

Offres VOD de Rubber

UniversCiné SD HD UniversCiné 0.99 € Louer
ARTE FRANCE ARTE FRANCE 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
ARTE Boutique HD ARTE Boutique 3.99 € Louer 9.99  € Acheter

Toutes les séances de Rubber

Photos de Rubber

DR

Rubber

Casting de Rubber

Jack Plotnick
le comptable
Wings Hauser
l'homme au fauteuil roulant

Critiques de Rubber

  1. Première
    par Emilie Lefort

    Dans le paysage cinématographique français, il n’y a bien que Quentin Dupieux pour oser faire un film sur un pneu psychopathe amoureux d’une humaine… C’est gonflé et on aime ça. Loin du copier-coller des recettes hollywoodiennes ou de la soupe que l’on nous sert sur grand écran depuis trop longtemps, Rubber est rafraîchissant en tout point. Le challenge pour le critique est alors de vous donner envie d’aller voir cet ovni sans en dire trop et vous gâcher la surprise. Comédie ? Thriller ? Road movie ? Romance ? Le film de genre à la sauce Dupieux c’est 1h20 en roue libre avec une image issue d’un appareil photo numérique et un acteur principal hors du commun. En bref, Rubber c’est un gros délire qui ne redoute pas la crevaison.

  2. Première
    par Thomas Agnelli

    En surface, le mélange de raideur théorique et de divertissement parodique de Rubber revisite tout un pan de la mythologie cinématographique américaine et lance, entre autres, des clins d’oeil appuyés à Psychose et au Zombie de Romero. En profondeur, il cherche à déjouer les attentes d’un public gavé de malbouffe filmique. Si le surréalisme de Dupieux impose que l’on vienne à lui, son humour déjanté et son rejet du commercialement correct forcent le respect.