Date de sortie 3 avril 2013
Durée 98 mn
Réalisé par Dustin Hoffman
Avec Maggie Smith , Tom Courtenay , Billy Connolly
Scénariste(s) Ronald Harwood
Distributeur Pyramide Distribution
Année de production 2012
Pays de production Grande-Bretagne
Genre Comédie dramatique
Couleur Couleur

Synopsis

À Beecham House, paisible pension au cœur de la campagne anglaise qui accueille des musiciens et chanteurs d’opéra à la retraite, le bruit court qu’une nouvelle pensionnaire arriverait sous peu. Et ce serait une diva ! Pour Reginald, Wilfred et Cissy, le choc est grand lorsqu’ils voient débarquer l’impétueuse Jean Horton, avec laquelle ils triomphaient sur les scènes internationales des années auparavant. L’ambition de Jean et son ego démesuré avaient alors ruiné leur amitié et mis un terme au mariage qui la liait à Reginald. Malgré les vieilles blessures, Reginald, Wilfred et Cissy mettront tout en œuvre pour convaincre Jean de reformer leur célèbre quatuor à l’occasion du gala annuel de Beecham House. D'après la pièce de Ronald Harwood.

Toutes les séances de Quartet

Photos de Quartet

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Quartet

Quartet

Quartet

Quartet

Quartet

Quartet

Quartet

Quartet

Quartet

Quartet

Quartet

Affiche Française

Quartet

Quartet

Quartet

Quartet

Quartet

Quartet

Quartet

Casting de Quartet

Maggie Smith
Jean Horton
Tom Courtenay
Reginald Paget
Pauline Collins
Cissy Robinson

Critiques de Quartet

  1. Première
    par Frédéric Foubert

    À 76 ans, Dustin Hoffman s’est donc décidé à entamer une carrière de metteur en scène. Son premier long a d’ailleurs tous les tics du film d’acteur : on sent qu’il s’est beaucoup reposé sur son chef opérateur (le cachet « aristo » de l’ensemble doit beaucoup à sa photo clinquante) et qu’il a envisagé cette adaptation d’une pièce de Ronald Harwood comme un écrin pour ses comédiens. Maggie Smith, Billy Connolly, Michael Gambon..., la crème de la fiction british cabotine allégrement dans cette fable « mélancomique » destinée à être savourée à l’heure du thé, une boîte d’After Eight à portée de main. Mais Quartet se regarde surtout comme un autoportrait de son réalisateur (Hoffman a l’âge de ses personnages), le manifeste d’un vieux clown amoureux de son art qui voudrait mourir sur scène. Vu comme ça, forcément, c’est un peu émouvant.