Date de sortie 15 mai 2019
Durée 115 mn
Réalisé par Ryûsuke Hamaguchi
Avec Aoba Kawai , Nao Okabe , Ryuta Okamoto
Scénariste(s) Ryûsuke Hamaguchi
Distributeur Art House Films
Année de production 2008
Pays de production Japon
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Un jeune couple annonce son mariage lors d’un dîner entre amis. Les réactions de chacun vont révéler des failles sentimentales jusque-là inexprimées au sein du groupe.

Offres VOD de Passion

Pas d'offres actuellement.

Dernières News sur Passion

Concours : Gagnez des places de cinéma pour assister au festival Saisons Hanabi

On vous offre 25 places pour aller voir le meilleur du cinéma japonais partout en France.

Le Printemps Hanabi vous fait découvrir les perles du cinéma japonais

Au programme, la filmographie de Ryusuke Hamaguchi et un hommage à l'actrice Kirin Ki partout en France.

Photos de Passion

AFFICHE
Art House / Graduate School of Film and New Media
GALERIE
Art House / Graduate School of Film and New Media
GALERIE
Art House / Graduate School of Film and New Media
GALERIE
Art House / Graduate School of Film and New Media
GALERIE
Art House / Graduate School of Film and New Media
GALERIE
Art House / Graduate School of Film and New Media
GALERIE
Art House / Graduate School of Film and New Media
GALERIE
Art House / Graduate School of Film and New Media
AFFICHE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE

Passion, affiche

Passion, affiche

Fusako Urabe

Fusako Urabe

Aoba Kawai

Aoba Kawai

Aoba Kawai, Ryuta Okamoto

Aoba Kawai, Ryuta Okamoto

Aoba Kawai

Aoba Kawai

Aoba Kawai, Ryuta Okamoto, peersonnage

Aoba Kawai, Ryuta Okamoto, peersonnage

Nao Okabe, Aoba Kawai

Nao Okabe, Aoba Kawai

Aoba Kawai

Aoba Kawai

Critiques de Passion

  1. Première
    par Thomas Baurez

    Ryusuke Hamaguchi est un cinéaste japonais de 40 ans tout rond. Il y a un peu plus d’un an, rares étaient les cinéphiles à connaître son nom. Puis il y a eu l’emprise de Senses, œuvre fleuve de cinq heures autour de quatre jeunes femmes dans la tourmente. Dans la foulée, le sensible Asako I & II, présenté en compétition à Cannes, venait enfoncer le clou d’un cinéaste très vite décoré d’influences plus ou moins revendiquées : Kiyoshi Kurosawa pour le fantastique doux, Rohmer et sa vitalité intellectuelle et enfin Ozu, parce qu’aussi sûr qu’un jeune auteur suédois doit se réclamer de Bergman, un Nippon débutant doit forcément avoir le goût du saké ! Passion vient presque remettre les choses à l’endroit, et permettre une émancipation possible. Car si Senses et Asako avaient des racines, elles se trouvaient dans ce film de fin d’études que le cinéaste a tourné en 2008 et qui sort en salles onze ans après. On suit quelques heures de la vie de trois trentenaires en pleine crise des sentiments. Tout est déjà là : la force d’une mise en scène dont la précision aussi invisible qu’implacable empêche les personnages de se dérober (dans la dernière partie, un plan séquence de onze minutes est déjà à ranger sur les étagères !), une interprétation sans apprêt au charme évident et un scénario ludique qui épuise chaque situation pour mieux la renverser ou éprouver la solidité des émotions qui s’y rattachent. Bref, c’est un complet ravissement. Hamaguchi a 40 ans et donc toute une œuvre à venir. Joie cinéphile !