Date de sortie 30 octobre 2019
Durée 108 mn
Réalisé par Juris Kursietis
Avec Valentin Novopolskij , Dawid Ogrodnik , Anna Próchniak
Scénariste(s) Liga Celma-Kursiete, Juris Kursietis, Kaspars Odins
Distributeur Arizona Distribution
Année de production 2019
Pays de production LETTONIE
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Oleg quitte la Lettonie pour Bruxelles, où il espère travailler contre un salaire décent. Trahi par un collègue, son expérience tourne court. Oleg est alors recueilli par un criminel polonais, avant de tomber sous son emprise mafieuse.

Offres VOD de Oleg

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Oleg

Photos de Oleg

GALERIE
Tasse Film / In Script / Iota Production / Arizona Productins
GALERIE
Tasse Film / In Script / Iota Production / Arizona Productins
GALERIE
Arizona Distribution / Tasse Film / In Script / Iota Production / Arizona Productins
GALERIE
Arizona Distribution / Tasse Film / In Script / Iota Production / Arizona Productins
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE

Valentin Novopolskij (Oleg)

Valentin Novopolskij (Oleg)

Valentin Novopolskij (Oleg)

Valentin Novopolskij (Oleg)

Valentin Novopolskij (Oleg), Anna Próchniak (Malgosia)

Valentin Novopolskij (Oleg), Anna Próchniak (Malgosia)

Personnage, Valentin Novopolskij (Oleg), Dawid Ogrodnik (Andrzej)

Personnage, Valentin Novopolskij (Oleg), Dawid Ogrodnik (Andrzej)

Critiques de Oleg

  1. Première
    par Thierry Chèze

    L’homme est plus que jamais un loup pour l’homme, nous raconte ce film découvert à la Quinzaine des réalisateurs. La descente aux enfers d’Oleg, jeune Letton considéré comme « non citoyen » dans son pays, parti à Bruxelles gagner sa vie et qui, trahi par un collègue, va perdre son boulot et se retrouver sous la coupe d’un mafieux polonais. Le sujet n’est guère original, la mise en scène n’est pas très « dardenienne » non plus. Pourtant, Oleg tient la route grâce à ce parti pris de plans qui enferment les personnages dans le cadre pour traduire la sensation d’étouffement du protagoniste. Dommage alors qu’il se perde dans de pataudes séquences oniriques péniblement redondantes avec le sujet, montrant Oleg prisonnier d’une eau glaciale et incapable de remonter à la surface. Cette façon de bégayer à intervalles réguliers dessert la puissance de cette réflexion sur l’esclavage des temps modernes en Europe.