Toutes les critiques de Mia et le Lion blanc

Les critiques de Première

  1. Première
    par Elodie Bardinet

    Mia, 11 ans, grandit aux côtés d’un lionceau, jusqu’au jour où elle comprend, horrifiée, quel sort attend celui-ci si elle ne l’aide pas à fuir le soi-disant « refuge » tenu par son père. Scandalisés par le braconnage qui sévit en Afrique du Sud, Gilles de Maistre et sa femme Prune, venus du documentaire, ont eu envie d’écrire une fiction qui dénoncerait ces pratiques cruelles tout en montrant une enfant et un animal sauvage évoluant en duo. Une idée folle, qui a demandé trois ans de tournage, les conseils quotidiens du zoologue KevinRichardson, « l’homme qui murmurait à l’oreille des lions », permettant de donner vie à cette relation d’amitié exceptionnelle. La prévisibilité de l’intrigue et les petites approximations de l’interprétation sont vite pardonnées tant les scènes où Mia adolescente joue avec le félin adulte sont à couper le souffle.