Toutes les critiques de Manou à l'école de goélands

Les critiques de Première

  1. Première
    par Thierry Chèze

    Il était une fois Manou, un martinet orphelin recueilli par une maman goéland. Celle-ci a décidé, contre l’avis de son mari, capitaine de leur colonie – et en dépit des regards moqueurs de ses congénères, qui méprisent cette race d’oiseaux – de l’adopter et de l’élever comme l’un des leurs. Cette variation autour du Vilain Petit Canard d’Andersen est un joli conte qui fait l’éloge du fameux vivre-ensemble et des différences qui nous enrichissent les uns les autres. Ciblé sur les tout jeunes, on lui pardonne donc d’appuyer un peu lourdement sur le message là où il aurait forcément gagné à être un peu plus elliptique. Mais les personnages sont savoureux, et le plaisir d’entendre Camélia Jordana donner de la voix comme doubleuse de l’amoureuse de Manou et dans la BO ne se refuse jamais.