Titre original Letters from Iwo Jima
Date de sortie 21 février 2007
Durée 142 mn
Réalisé par Clint Eastwood
Avec Ken Watanabe , Kazunari Ninomiya , Tsuyoshi Ihara
Scénariste(s) Iris Yamashita
Distributeur Warner Bros. France
Année de production 2006
Pays de production Etats-Unis
Genre Film de guerre
Couleur Couleur

Synopsis

L'histoire de la bataille d'Iwo Jima entre les Etats-Unis et le Japon Impérial pendant la Deuxième Guerre mondiale, vue du camp japonais.

Offres VOD de Lettres d'Iwo Jima

CANAL VOD HD SD CANAL VOD 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 2.99 € Louer 9.99  € Acheter

Toutes les séances de Lettres d'Iwo Jima

Dernières News sur Lettres d'Iwo Jima

Mémoires de nos pères et Lettres d’Iwo Jima à l’honneur sur Arte

Le diptyque guerrier de Clint Eastwood sera diffusé en deux soirées sur la chaîne.

Photos de Lettres d'Iwo Jima

DR
PRODUCTION / WARNER BROS PICTURES
PRODUCTION / WARNER BROS PICTURES
PRODUCTION / WARNER BROS PICTURES
PRODUCTION / WARNER BROS PICTURES
PRODUCTION / WARNER BROS PICTURES
PRODUCTION / WARNER BROS PICTURES

Lettres D'Iwo Jima

LETTRES D'IWO JIMA ; LETTERS FROM IWO JIMA (2006)

Film de Clint EASTWOODKen WATANABE

LETTRES D'IWO JIMA ; LETTERS FROM IWO JIMA (2006)

Film de Clint EASTWOODKen WATANABE

LETTRES D'IWO JIMA ; LETTERS FROM IWO JIMA (2006)

Film de Clint EASTWOODKen WATANABE

LETTRES D'IWO JIMA ; LETTERS FROM IWO JIMA (2006)

Film de Clint EASTWOODKen WATANABE

LETTRES D'IWO JIMA ; LETTERS FROM IWO JIMA (2006)

Film de Clint EASTWOODKen WATANABE

LETTRES D'IWO JIMA ; LETTERS FROM IWO JIMA (2006)

Film de Clint EASTWOODKen WATANABE et Hiroshi WATANABE

Casting de Lettres d'Iwo Jima

Ken Watanabe
Tadamichi Kuribayashi
Tsuyoshi Ihara
le baron Nishi

Critiques de Lettres d'Iwo Jima

  1. Première
    par Gael Golhen

    Après le point de vue 100 % ricain, le deuxième volet du diptyque d’Eastwood raconte la bataille côté nippon. Film de guerre ? Oui, mais pas seulement. Ou plus que ça. Dans un magnifique clair-obscur (digne des maîtres du cinéma japonais), Eastwood réussit un gros film intimiste, un blockbuster humaniste dont chaque plan impose le respect et l’admiration. Pas un gramme d’exotisme, très peu de violence : juste une désolation et une mélancolie qui transcendent tout. Plus encore que le premier opus (peut-être trop « américain »), Lettres d’Iwo Jima secoue et gagne son pari toujours d’actualité : dénoncer la connerie guerrière sans jamais céder aux sirènes du manichéisme. Eastwood au sommet.

  2. Première
    par Gérard Delorme

    Après avoir montré le point de vue des assaillants, Eastwood adopte celui des défenseurs, comblant un vide qui se faisait sentir depuis longtemps. Même s’ils ressemblent plutôt aux deux faces d’un même film, les deux épisodes se mettent mutuellement en valeur, leur somme composant d’une certaine façon le premier film de guerre en relief. Incidemment, il faut admirer la performance technique : d’avoir réussi à diriger un film entier dans une langue qui n’est pas la sienne prouve à quel point Clint est un bon directeur d’acteurs.