Date de sortie 16 novembre 2011
Durée 107 mn
Réalisé par Robert Guédiguian
Avec Ariane Ascaride , Jean-Pierre Darroussin , Gérard Meylan
Scénariste(s) Robert Guédiguian, Jean-Louis Milési
Distributeur Diaphana Distribution
Année de production 2011
Pays de production France
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Bien qu’ayant perdu son travail, Michel vit heureux avec Marie-Claire. Ces deux-là s’aiment depuis trente ans… Leurs enfants et leurs petits-enfants les comblent… Ils ont des amis très proches… Ils sont fiers de leurs combats syndicaux et politiques… Leurs consciences sont aussi transparentes que leurs regards. Ce bonheur va voler en éclats avec leur porte-fenêtre devant deux jeunes hommes armés et masqués qui les frappent, les attachent, leur arrachent leurs alliances, et s’enfuient avec leurs cartes de crédit… Leur désarroi sera d’autant plus violent lorsqu’ils apprennent que cette brutale agression a été organisée par l’un des jeunes ouvriers licenciés avec Michel.Le film est présenté au sein de la sélection Un Certain Regard lors du Festival de Cannes 2011.

Offres VOD de Les Neiges du Kilimandjaro

UniversCiné HD SD UniversCiné 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 5.99  € Acheter
Cinemasalademande SD Cinemasalademande 3.99 € Louer

Toutes les séances de Les Neiges du Kilimandjaro

Photos de Les Neiges du Kilimandjaro

DR
DR

Les Neiges du Kilimandjaro

Les Neiges Du Kilimandjaro

Critiques de Les Neiges du Kilimandjaro

  1. Première
    par Guillaume Loison

    On connaît bien Robert Guédiguian, ses chroniques populaires saveur aïoli, ses santons qui fleurent bon la gauche à l’ancienne. Les Neiges du Kilimandjaro était parti pour n’être que ça. Et puis non. Le racket du petit couple exemplaire fait peser sur ce Marius et Jeannette chapitre XV la menace d’un vigilante movie. Émule de Jaurès, Michel (Darroussin, impérial) se rêve en justicier solitaire, et son beau-frère, détroussé lui aussi, se verrait bien en Charles Bronson. La force du film tient justement à cette mise à l’épreuve idéologique, tension formidable qui consiste moins à faire le procès des coupables qu’à remettre en cause les victimes. Car, en plein délabrement social, c’est bien cette génération sujette à l’autosatisfaction et désignée par la suivante comme privilégiée que sonde Guédiguian, entre courage, lucidité et tendresse. À son âge, il fallait oser.