Date de sortie 10 février 2016
Durée 115 mn
Réalisé par Anne Fontaine
Avec Lou de Laâge , Vincent Macaigne , Joanna Kulig
Scénariste(s) Sabrina B Karine, Alice Vial, Anne Fontaine, Pascal Bonitzer
Distributeur Mars Distribution
Année de production 2016
Pays de production France, POLOGNE
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Pologne, décembre 1945.

Mathilde Beaulieu, une jeune interne de la Croix-Rouge chargée de soigner les rescapés français avant leur rapatriement, est appelée au secours par une religieuse polonaise.

D’abord réticente, Mathilde accepte  de la suivre dans son couvent où trente Bénédictines vivent coupées du monde. Elle découvre que plusieurs d’entre elles, tombées enceintes dans des circonstances dramatiques, sont sur le point d’accoucher.

Peu à peu, se nouent entre Mathilde, athée et rationaliste, et les religieuses, attachées aux règles de leur vocation, des relations complexes que le danger va aiguiser...

C’est pourtant ensemble qu’elles retrouveront le chemin de la vie.

Toutes les séances de Les Innocentes

Dernières News sur Les Innocentes

Oscars 2017 : Voici les 4 films présélectionnés par la France

Cézanne et moi, Elle, Frantz et Les Innocentes ont une chance de concourir à l’Oscar du meilleur film étranger.

Deadpool explose Eric et Ramzy

La comédie super-héroïque démarre loin devant La Tour de Contrôle infernale.

Photos de Les Innocentes

Casting de Les Innocentes

Lou de Laâge
Mathilde Beaulieu
Agata Kulesza
la mère supérieure

Critiques de Les Innocentes

  1. Première
    par Isabelle Danel

    Ce fait d’hier questionne la folie de la guerre et la puissance de la foi avec un regard résolument moderne : cela pourrait être aujourd’hui dans un autre pays, pétri d’autres croyances. Cinéaste de la transgression (Nettoyage à sec, Perfect Mothers), Anne Fontaine s’inspire d’une histoire vraie et tisse avec Pascal Bonitzer un script intense. Les Innocentes rend palpable le face-à- face d’une femme libre, médecin, communiste, et d’une congrégation de bénédictines vouées à Dieu et à l’isolement, confrontées à la barbarie, à la maternité, à une nécessaire ouverture au monde. S’y déploient avec élégance des décors épurés, un travail sur la couleur et les noirs et blancs, le tout baigné par une lumière douce et inquiétante signée de la très grande chef opératrice Caroline Champetier. Le film envoûte et emporte, jusqu’au final inattendu, humaniste, revigorant.