Date de sortie 20 novembre 2019
Durée 84 mn
Réalisé par Damien Manivel
Avec Agathe Bonitzer , Manon Carpentier , Julien Dieudonné
Scénariste(s) Damien Manivel
Année de production 2019
Pays de production France
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Après la mort de ses deux enfants en avril 1913, la danseuse mythique Isadora Duncan a composé un solo intitulé La mère. Dans un geste d'une grande douceur, une mère y caresse et berce une dernière fois son enfant avant de le laisser partir. Un siècle plus tard, quatre femmes font la rencontre de cette danse.

Offres VOD de Les Enfants d'Isadora

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Les Enfants d'Isadora

Photos de Les Enfants d'Isadora

AFFICHE
Shellac / MLD Films / Jeonju Cinema Project
GALERIE
Shellac / MLD Films / Jeonju Cinema Project
GALERIE
Shellac / MLD Films / Jeonju Cinema Project
GALERIE
Shellac / MLD Films / Jeonju Cinema Project
GALERIE
Shellac / MLD Films / Jeonju Cinema Project
AFFICHE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE

Les enfants d'Isadora, affiche

Les enfants d'Isadora, affiche

Agathe Bonitzer

Agathe Bonitzer

Marika Rizzi, Manon Carpentier

Marika Rizzi, Manon Carpentier

Elsa Wolliaston

Elsa Wolliaston

Manon Carpentier, Marika Rizzi

Manon Carpentier, Marika Rizzi

Critiques de Les Enfants d'Isadora

  1. Première
    par Thierry Chèze

    Un ballet en trois temps. Voilà comment Damien Manivel (qui fut danseur contemporain avant de devenir cinéaste) a conçu cet hommage à la mythique danseuse Isadora Duncan, dont la vie fut brisée par la mort accidentelle de ses deux enfants. Une danseuse dans un studio avec, en voix off, des extraits de la bio de Duncan. Puis, une chorégraphe qui prépare un spectacle autour d’elle avec une danseuse atteinte du syndrome de Down. Et enfin une femme noire âgée rentrant chez elle bouleversée après la découverte de ce spectacle. Le geste est poétique et gracieux. Mais comme toujours chez Manivel (Un jeune poète), la cérébralité finit par prendre l’ascendant sur tout le reste et créer une distance avec le spectateur non familier de son travail. Tout le contraire, au final, de la liberté qu’avait su insuffler Duncan en faisant voler en éclats l’univers parfois corseté de la danse.