Titre original Legion
Date de sortie 24 mars 2010
Réalisé par Scott Stewart (réal)
Avec Paul Bettany , Lucas Black , Dennis Quaid
Scénariste(s) Scott Stewart (réal)
Distributeur Sony Pictures Releasing France
Année de production 2010
Pays de production US
Genre Film fantastique, Thriller

Synopsis

Que se passe-t-il quand Dieu perd la foi en l'humanité et envoie une légion d'anges pour exterminer la race humaine ? Un groupe de résistance se constitue en plein désert autour de l'archange Michael...

Offres VOD de Legion, L'armée des anges

Pas d'offres actuellement.

Photos de Legion, L'armée des anges

DR
Courtesy of Screen Gems

Legion, L'armée des anges

Legion

Casting de Legion, L'armée des anges

Lucas Black
Jeep Hanson
Dennis Quaid
Bob Hanson

Critiques de Legion, L'armée des anges

  1. Première
    par Jean-François Morisse

    Faut-il voir autre chose dans Légion qu’un film médiocre mystico-gnangnan aux visées prosélytes évidentes ? Disons-le d’emblée, Légion est un mauvais film à la mise en scène sans talent, à la direction d’acteurs navrante (à moins que ce ne soient les acteurs eux-mêmes le problème) et aux effets spéciaux datés. Mais qu’est allé faire Saint Michel dans cette galère ? Légion fait partie de ces films destinés à ravir les Américains conservateurs en articulant l’intrigue autour des fondamentaux de la Bible. On s’étonne toutefois qu’un film de cet acabit sorte en France. Le même film inspiré de l’Islam n’aurait-il pas suscité la polémique là où cette apologétique chrétienne passe tout à fait inaperçue ? Faire reposer la trame d’un film sur la mythologie gréco-latine passe encore, le sujet ne fait plus débat depuis belle lurette (Le Choc des Titans) mais s’inspirer et promouvoir outrageusement la religion judéo-chrétienne dans un film à destination d’un public jeune… voilà qui laisse clairement sceptique. Heureusement, puisqu’il s’agit ici de parler de cinéma, les rares qualités de ce film de seconde zone n’auront que peu de risque de séduire un large public. Espérons que cette propagande maladroite reste là d’où elle n’aurait jamais du sortir : aux oubliettes.