Titre original Le bruit des glaçons
Date de sortie 25 août 2010
Réalisé par Bertrand Blier
Avec Jean Dujardin , Albert Dupontel , Anne Alvaro
Scénariste(s) Bertrand Blier
Distributeur Wild Bunch
Année de production 2010
Pays de production FR
Genre Comédie dramatique

Synopsis

C’est l’histoire d’un homme qui reçoit la visite de son cancer.« Bonjour, lui dit le cancer, je suis votre cancer. Je me suis dit que ça serait peut-être pas mal de faire un petit peu connaissance… »

Toutes les séances de Le Bruit des glaçons

Photos de Le Bruit des glaçons

DR
PRODUCTION / THELMA FILMS / MANCHESTER FILMS

Le Bruit des glaçons

LE BRUIT DES GLACONS (2009)

Casting de Le Bruit des glaçons

Albert Dupontel
le cancer de Charles
Myriam Boyer
le cancer de Louisa

Critiques de Le Bruit des glaçons

  1. Première
    par Mathieu Carratier

    A peine cinq minutes se sont écoulées et tout est clair : avec ce film surréaliste et insoumis sur un écrivain qui apprend à crever dans la bonne humeur et dans la bonne chère, Blier est en train de ressusciter. Dans le rôle de la tumeur, Dupontel est effectivement mortel. Face à lui, Dujardin parle le Blier couramment : l'acteur et le verbe du cinéaste étaient faits l'un pour l'autre, l'idylle culminant dans un monologue allongé sur le vin blanc à vous retourner le foie. Terriblement drôle et drôlement terrible, Le bruit des glaçons est l'oeuvre d'un metteur en scène qui, à 71 ans, se pose des questions sur sa propre mortalité. Le résultat? Un shot d'humeur noir à voir cul sec.

  2. Première
    par Damien Leblanc

    Si la grande théâtralité du film - qui repose beaucoup sur ses dialogues et se déroule dans un décor quasi-unique- , fige les personnages hors du temps, elle permet aussi aux acteurs de briller. C'est surtout Jean Dujardin qui tire son épingle du jeu en écrivain bourru et barbu, vaguement inspiré d'Ernest Hemingway; contre toute attente, le comédien réussit à émouvoir dans la séquence finale. A 71 ans, Bertrand Blier a donc su orchestrer un touchant cheminement vers la lumière, dans lequel fantaisie, onirisme et grivoiserie font bon ménage.