Date de sortie 13 août 2014
Réalisé par Julie Lopes Curval
Avec Ana Girardot , Bastien Bouillon , Baptiste Lecaplain
Scénariste(s) Julie Lopes Curval, Sophie Hiet
Distributeur Pyramide Films
Année de production 2014
Pays de production FR
Genre Comédie dramatique

Synopsis

Alice, 20 ans, vit à Bayeux. Elle travaille la laine, crée des teintures, confectionne des vêtements. Elle ne sait que faire de ce talent inné, jusqu'à ce qu'elle rencontre Agnès, une riche parisienne, qui l'aide à intégrer une prestigieuse école d'arts appliqués.Alice laisse tout derrière elle pour aller vivre à Paris. Elle y rencontre Antoine, le fils d'Agnès. Entre eux nait une passion amoureuse. Antoine trouve chez Alice une sincérité et une naïveté qui l'extraient d'un milieu bourgeois qu'il rejette. Alice, grâce à Antoine, découvre de l'intérieur un monde qui la fascine, « le beau monde ». Il lui offre sa culture, elle se donne à lui toute entière. Au risque de se perdre...

Offres VOD de Le Beau Monde

UniversCiné SD HD UniversCiné 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 11.99  € Acheter
Cinemasalademande HD SD Cinemasalademande 3.99 € Louer
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 9.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 9.99  € Acheter

Toutes les séances de Le Beau Monde

Photos de Le Beau Monde

DR
DR
Pyramide / France 3 Cinéma
Pyramide / France 3 Cinéma
Pyramide / France 3 Cinéma
Pyramide / France 3 Cinéma
Pyramide / France 3 Cinéma
Pyramide / France 3 Cinéma
Pyramide / France 3 Cinéma
Pyramide / France 3 Cinéma
Pyramide / France 3 Cinéma
Pyramide / France 3 Cinéma

Le Beau Monde

Le Beau Monde

Le Beau Monde

Le Beau Monde

Le Beau Monde

Le Beau Monde

Le Beau Monde

Le Beau Monde

Le Beau Monde

Le Beau Monde

Le Beau Monde

Le Beau Monde

Critiques de Le Beau Monde

  1. Première
    par Isabelle Danel

    Élevée à Bayeux par sa mère au chômage, Alice intègre grâce à Agnès une école d’art à Paris. Elle change de milieu, tombe amoureuse d’Antoine, le fils de sa bienfaitrice, grandit. Cette chronique d’une initiation sociale et sentimentale, c’est Alice au pays de la bourgeoisie. Mais il y a un prix à payer : timide, la jeune femme de 20 ans a du mal à trouver sa place. Peu à l’aise dans son milieu d’adoption, soudain perdue au sein de sa propre famille. Très inspiré de La Dentellière, de Claude Goretta, le quatrième long de Julie Lopes Curval (Caméra d’or à Cannes en 2002 avec Bord de mer) vaut surtout par l’effet des vases communicants car Antoine ne façonne pas Alice, il apprend d’elle et s’émancipe également de ses parents grâce à leur histoire. Malgré un aspect binaire trop appuyé dans l’écriture, l’ensemble a une grâce et un charme surannés. Il vient de la broderie, métier que choisit l’héroïne, mais aussi d’une faculté à employer des expressions d’autrefois, telle celle qui donne son titre au film. Les jeunes acteurs sont remarquables, et les deux mères – Aurélia Petit et Stéphane Bissot – s’incarnent avec une grande délicatesse.