Date de sortie 10 octobre 2007
Durée 85 mn
Réalisé par Rodolphe Marconi
Distributeur Pretty Pictures
Année de production 2007
Pays de production France
Genre Film documentaire
Couleur Couleur

Synopsis

Au fil de plus de cent cinquante heures de tournage, Rodolphe Marconi, qui a littéralement partagé la vie de Karl Lagerferd, dévoile avec son oeil de cinéaste le quotidien de la star : la préparation d'un vêtement, les interviews, son travail de phot

Offres VOD de Lagerfeld confidentiel

ARTE FRANCE ARTE FRANCE 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Videofutur SD Videofutur 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
FTV SD FTV 3.99 € Louer 10.99  € Acheter

Toutes les séances de Lagerfeld confidentiel

Photos de Lagerfeld confidentiel

DR
DR
DR
DR

Big_4_76

Big_5_76

Big_6_76

18805608

Critiques de Lagerfeld confidentiel

  1. Première
    par Eve Gimenez

    « Un homme dont le quotidien et le savoir-vivre sont en voie de disparition », ironise Karl Lagerfeld lorsqu’on lui demande de se décrire. Le film de Rodolphe Marconi ressemble davantage à un portrait intimiste du grand couturier qu’à un documentaire distancié. Le réalisateur a suivi Karl Lagerfeld partout, sans arrêt. Devant la caméra du réalisateur, l’homme qui cache derrière ses lunettes sombres accepte de les ôter et se livre avec sincérité. L’éclairage naturel et le son immédiat renforce le sentiment de proximité entre le spectateur lambda et l’artiste en proie à une hystérie médiatique permanente. On découvre le mystérieux Karl Lagerfeld : toujours farceur, tyrannique parfois, nostalgique jamais.

  2. Première
    par Didier Roth-Bettoni

    Cent cinquante heures de rushes et des mois de proximité n'ont pas été de trop pour mener à bien ce travail, tant le bavard Lagerfeld s'est toujours employé avec succès à garder secrets ses secrets. Les livre-t-il pour autant à la caméra complice de Marconi? On peut en douter (...), l'homme reste un mystère. D'un point de vue documentaire, la limite du film de Marconi est de ne pas réussir à aller plus loin à la rencontre de son modèle. C'est aussi, paradoxalement, sa qualité cinématographique première.