Titre original Lay the Favorite
Date de sortie 8 août 2012
Réalisé par Stephen Frears
Avec Bruce Willis , Rebecca Hall , Catherine Zeta-Jones
Scénariste(s) DV Devincentis
Distributeur Wild Bunch
Année de production 2012
Pays de production GB,US
Producteurs DV Devincentis
Genre Comédie

Synopsis

L'histoire d'une trentenaire s'associant avec une bande de geeks ayant la cinquantaine afin d'utiliser leurs savoirs pour ramasser le plus d'argent possible lors d'un voyage à Las Vegas.

Offres VOD de Lady Vegas : Les Mémoires d'une Joueuse

OCS SD OCS 0  € Abonnement
UniversCiné SD HD UniversCiné 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 5.99 € Louer 9.99  € Acheter
FilmoTV SD FilmoTV 9.99  € Acheter
MYTF1VOD SD MYTF1VOD 2.99 € Louer 7.99  € Acheter

Photos de Lady Vegas : Les Mémoires d'une Joueuse

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Lady Vegas : Les Mémoires d'une Joueuse

Lady Vegas

Lady Vegas

Lady Vegas

Lady Vegas

Lady Vegas

Lady Vegas

Lady Vegas

Lady Vegas

Lady Vegas

Lady Vegas

Lady Vegas

Lady Vegas

Lady Vegas

Lady Vegas

Lady Vegas

Lady Vegas

Lady Vegas

Lady Vegas

Lady Vegas

Lady Vegas

Lady Vegas

Lady Vegas

Lady Vegas

Lady Vegas

Lady Vegas

Affiche Us

Casting de Lady Vegas : Les Mémoires d'une Joueuse

Bruce Willis
Dink Heimowitz
Rebecca Hall
Beth Raymer

Critiques de Lady Vegas : Les Mémoires d'une Joueuse

  1. Première
    par Gérard Delorme

    Lady Vegas est clairement le moins réussi des films américains de Stephen Frears, qui a connu des fortunes variées dans le Nouveau Monde, oscillant entre le meilleur (Les Arnaqueurs) et le semi-réussi (The Hi-Lo Country). Est-ce à cause du script qui, adapté des Mémoires de la vraie Beth Raymer, n’a finalement rien à dire excepté que, sous des dehors superficiels, son héroïne cache des qualités de coeur et (bâillements) de tête ? Est-ce à cause de Rebecca Hall qui, malgré son énergie, a du mal à trouver le ton juste dans cette dualité sommaire qu’on lui impose ? Soit dit en passant, les autres comédiens ne sont pas mieux lotis. Est-ce de la faute de Frears, qui dirige en pilotage automatique, pensant que son optimisme sauvera les meubles ? Ou est-ce Las Vegas qui, jusqu’à présent, ne s’est jamais prêtée à un traitement convaincant par un réalisateur étranger ? Ce n’est pas Paul Verhoeven (Showgirls) qui dira le contraire.