Titre original Jennifer's body
Date de sortie 21 octobre 2009
Réalisé par Karyn Kusama
Avec Megan Fox , Amanda Seyfried , JK Simmons
Scénariste(s) Diablo Cody
Distributeur Twentieth Century Fox
Année de production 2009
Pays de production US
Producteurs Jason Reitman Diablo Cody
Genre Comédie, Film d'horreur

Synopsis

Lycéenne dans une petite ville américaine, Jennifer est une beauté fatale à qui aucun garçon ne résiste. Cette bombe cache pourtant un petit secret : elle est possédée par un effroyable démon. Mangeuse d’hommes à tous les sens du terme, elle se transforme peu à peu en créature pâle, maladive et meurtrière… Needy, sa discrète amie d’enfance, va désespérément tenter de protéger les jeunes hommes de la ville, à commencer par son petit ami Chip…

Toutes les séances de Jennifer's body

Photos de Jennifer's body

DR
DR

Jennifer's body

Jennifersbody1

Casting de Jennifer's body

Megan Fox
Jennifer Check
Amanda Seyfried
Anita « Needy » Lesnicki
JK Simmons
Mr Wroblewski

Critiques de Jennifer's body

  1. Première
    par Alex Masson

    Prenant à rebours toutes les valeurs véhiculées par Twilight, Jennifer’s Body rappelle que l’adolescence est l’âge de toutes les expériences. Ici, on assume pleinement sa sexualité – la scène de la grosse pelle entre filles va faire jaser – et ses mauvaises pensées comme une émancipation épanouissante. Ce côté subversif et, autre bonne nouvelle, l’étonnante prestation de Megan Fox ne rendent pas le film moins brouillon mais offrent une alternative jubilatoire aux assommantes bonnes mœurs du cinéma hollywoodien actuel.

  2. Première
    par Nicolas Schaller

    Resucée du « Carrie » de Brian De Palma, ce teen-movie horrifique a de beaux atouts : l’insolente beauté du nouveau sex-symbol de Hollywood, Megan Fox, le charme discret d’Amanda Seyfried (vue en fille de Meryl Streep dans « Mamma Mia ! ») et la patte de la scénariste Diablo Cody (« Juno ») mêlant satire de l’Amérique profonde et féminisme bon enfant. Le film peine pourtant à se démarquer de la moyenne des productions du genre, desservi par une mise en scène qui manque singulièrement de mordant.