Date de sortie 19 mars 2014
Durée 126 mn
Réalisé par Spike Jonze
Avec Joaquin Phoenix , Scarlett Johansson , Amy Adams
Scénariste(s) Spike Jonze
Distributeur Wild Bunch
Année de production 2014
Pays de production Etats-Unis
Genre Comédie dramatique
Couleur Couleur

Synopsis

Los Angeles, dans un futur proche. Theodore Twombly, un homme sensible au caractère complexe, est inconsolable suite à une rupture difficile. Il fait alors l'acquisition d'un programme informatique ultramoderne, capable de s'adapter à la personnalité de chaque utilisateur. En lançant le système, il fait la connaissance de 'Samantha', une voix féminine intelligente, intuitive et étonnamment drôle. Les besoins et les désirs de Samantha grandissent et évoluent, tout comme ceux de Theodore, et peu à peu, ils tombent amoureux…

Offres VOD de Her

CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Videofutur SD Videofutur 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
ARTE Boutique HD ARTE Boutique 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
FilmoTV SD FilmoTV 2.99 € Louer 9.99  € Acheter

Toutes les séances de Her

Dernières News sur Her

Her : le beau film de Spike Jonze est à revoir ce soir sur Arte

"Personne ne joue mieux la cristallisation amoureuse que Joaquin Phoenix. Personne."

Chut ! Les robots de 2001 et de Her sont en pleine discussion

Rencontre entre HAL et Samantha, deux des I. A. les plus marquantes de l'histoire du cinéma.

Photos de Her

DR
DR
DR
DR
DR
(c) MMXIII Untitled Rick Howard Company LLC
(c) MMXIII Untitled Rick Howard Company LLC
(c) MMXIII Untitled Rick Howard Company LLC
(c) MMXIII Untitled Rick Howard Company LLC
(c) MMXIII Untitled Rick Howard Company LLC
(c) MMXIII Untitled Rick Howard Company LLC
Courtesy of Warner Bros. Picture
Courtesy of Warner Bros. Picture
Courtesy of Warner Bros. Picture
Courtesy of Warner Bros. Picture
Courtesy of Warner Bros. Picture
Courtesy of Warner Bros. Picture
Courtesy of Warner Bros. Picture
Courtesy of Warner Bros. Picture
Courtesy of Warner Bros. Picture
Courtesy of Warner Bros. Picture
DR

Her

Her

Her

Her

Her

Her

Her

Her

Her

Her

Her

Her

Her

Her

Her

Her

Her

Her

Her

Her

Her

Her

Affiche Française

Critiques de Her

  1. Première
    par Thomas Agnelli

    En 1964, l’écrivain Isaac Asimov avait prédit ce qui nous arriverait cinquante ans plus tard, arguant que l’ennui serait le mal du siècle. Spike Jonze lui donne génialement raison à travers cette romance virtuelle traitée à la manière de la Sofia Coppola de Lost in Translation, Jonze partageant avec la réalisatrice cette même capacité à remplir le vide tout en laissant des blancs. Theodore (Joaquin Phoenix), le visage défait par la douleur, vit au ralenti, hanté par les images d’un bonheur évanoui et le souvenir de son ex (la si fragile Rooney Mara), dont il a perdu le regard. Le doux
    rêveur n’ouvre la porte de son univers intérieur qu’à une amie artiste (Amy Adams) et se noie dans les nouvelles technologies pour oublier sa peine. Quelque chose en lui s’est brisé, qui demande à être réparé. Rien ne le rattache au monde réel, pas même les mots touchants d’un collègue qui, au détour d’un compliment, révèle une sensibilité qu’il avait sous-estimée. Rien ne vaut Samantha, cette obsédante voix de machine, suave et sexy (Scarlett Johansson, que l’on ne voit jamais à l’écran) qui semblait l’attendre depuis une éternité, à des années-lumière du chaos urbain. C’est un éclair qui a bouleversé le ciel gris de son existence et a réveillé des sentiments endormis depuis longtemps. Pourquoi aime-t-on instantanément ce héros et donc ce film ? Peut-être parce que personne ne joue mieux la cristallisation amoureuse que Joaquin Phoenix. Personne. Jonze avance avec ce personnage parce qu’en dépit du chagrin, il faut bien avancer. Et son film de respecter le rythme de l’horloge en panne, l’espace-temps entre passé proche et futur antérieur. De s’autoriser tout. De retrouver la sexualité métaphysique de Dans la peau de John Malkovich (faire l’amour à travers un autre corps) et d’en explorer une nouvelle avec plus d’imagination que n’importe quelle vidéo disponible sur YouPorn. De mélanger avec souplesse les gags les plus cons de la terre avec des jeux vidéo dégénérés. De bouleverser, aussi. Car derrière l’innocuité apparente, la maladresse des répliques ou l’humour poli jaillissent la cruauté et le spleen d’une fable sur une époque – la nôtre – qui apparaît sous cloche, repliée sur son passé, nimbée de neutralité et de doute. Une époque où nous autres, androïdes hipsters en quête d’intensité, nous devons composer avec l’iPhone, l’addiction aux réseaux sociaux et leur tendance à développer le narcissisme, et avec nos rêves de moutons électriques. Aussi, devant cette merveille, de battre notre coeur ne pouvait plus s’arrêter.