Titre original Nugu-ui ttal-do anin Haewon
Date de sortie 16 octobre 2013
Durée 90 mn
Réalisé par Hong Sang-soo
Avec Jane Birkin , Jeong Eun-chae , Lee Seon-gyoon
Scénariste(s) Hong Sang-soo
Distributeur Les Acacias
Année de production 2013
Pays de production Corée du Sud
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Haewon, une jeune et belle étudiante, veut mettre fin à la liaison qu’elle entretient avec son professeur Seongjun. Se sentant déprimée par le départ de sa mère qui part s’installer au Canada, elle le contacte à nouveau. Ce jour-là, ils rencontrent des étudiants dans un restaurant et  leur relation est révélée. Haewon est de plus en plus perturbée et Seongjun émet l’idée qu’ils partent ailleurs tous les deux…

Offres VOD de Haewon et les Hommes

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Haewon et les Hommes

Photos de Haewon et les Hommes

DR
DR
JEONWONSA FILM Co
JEONWONSA FILM Co
JEONWONSA FILM Co
JEONWONSA FILM Co
JEONWONSA FILM Co
JEONWONSA FILM Co
JEONWONSA FILM Co
JEONWONSA FILM Co
JEONWONSA FILM Co
JEONWONSA FILM Co

Haewon et les hommes

Haewon et les hommes

Haewon et les hommes

Affiche Française

Haewon et les hommes

Haewon et les hommes

Haewon et les hommes

Haewon et les hommes

Haewon et les hommes

Haewon et les hommes

Haewon et les hommes

Haewon et les hommes

Haewon et les hommes

Casting de Haewon et les Hommes

Jane Birkin
elle-même

Critiques de Haewon et les Hommes

  1. Première
    par Isabelle Danel

    Les films de Hong Sang-soo sont des songes, ils tournent en rond, font des digressions sur la vie, l’amour, la trahison. Haewon et les hommes est un bon cru : inracontable, en apparence ténu, envoûtant. Comme La Vierge mise à nu par ses prétendants et In Another Country, il est centré sur une femme. Jeune, ravissante, perdue. Haewon nous entraîne et nous égare. Elle croise une mère idéale (Jane Birkin dans son propre rôle), renoue avec la sienne au moment où celle-ci part au Canada. Elle retrouve son amant marié, est remarquée par un jeune homme, demandée en mariage par un troisième. Blessures secrètes, rendez-vous ratés, petits arrangements avec la vérité. Par touches successives, se dessine le portrait d’une femme en quête d’une place, tissé de moments mélancoliques, bouleversants. Tel celui où un magnétophone crachotant la 7e Symphonie de Beethoven insuffle un fugace apaisement