Date de sortie 7 octobre 2015
Réalisé par Raphaël Neal
Avec Martin Loizillon , Pierre Moure , Julie-Marie Parmentier
Scénariste(s) Raphaël Neal
Distributeur Strutt Films
Année de production 2015
Pays de production FR
D’après l’œuvre de Leslie Kaplan

Synopsis

Paris, début des années 2000. A quelques semaines du bac, Damien et Pierre assassinent une femme choisie au hasard dans la rue, suivant le concept philosophique qu'ils ont eux-mêmes forgé : on ne peut être puni pour un acte commis en suivant le hasard... Zoé, une opticienne, se prend de passion pour ce fait divers qui l'angoisse et l'attire...Librement adapté de Fever de Leslie Kaplan

Offres VOD de Fever

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Fever

Photos de Fever

DR
Strutt Films
Strutt Films
Strutt Films
Strutt Films
Strutt Films
Strutt Films
Strutt Films
Strutt Films
Strutt Films
Strutt Films

Fever

Fever

Fever

Fever

Fever

Fever

Fever

Fever

Fever

Fever

Fever

Critiques de Fever

  1. Première
    par Damien Leblanc

    Deux lycéens parisiens assassinent une femme choisie au hasard dans la rue pour étayer leur théorie sur l’impunité des meurtres commis de façon arbitraire. Mais leur bonne conscience va être troublée par la découverte de l’histoire du XXe siècle, qui rend leur acte bien moins anodin qu’ils ne le croyaient. Adapté du roman éponyme de Leslie Kaplan, ce premier long métrage mélange les tonalités afin d’aérer sa réflexion sur la "banalité du mal" analysée par Hannah Arendt. L’écriture, audacieuse, vise ainsi une intermittente légèreté, mais la réalisation trop éthérée de ce thriller philosophique rend les corps et les esprits étrangement absents.

  2. Première
    par Damien Leblanc

    Deux lycéens parisiens assassinent une femme choisie au hasard dans la rue pour étayer leur théorie sur l’impunité des meurtres commis de façon arbitraire. Mais leur bonne conscience va être troublée par la découverte de l’histoire du XXe siècle, qui rend leur acte bien moins anodin qu’ils ne le croyaient. Adapté du roman éponyme de Leslie Kaplan, ce premier long métrage mélange les tonalités afin d’aérer sa réflexion sur la "banalité du mal" analysée par Hannah Arendt. L’écriture, audacieuse, vise ainsi une intermittente légèreté, mais la réalisation trop éthérée de ce thriller philosophique rend les corps et les esprits étrangement absents.