Titre original Fai bei sogni
Date de sortie 28 décembre 2016
Durée 130 mn
Réalisé par Marco Bellocchio
Avec Valerio Mastandrea , Bérénice Bejo , Guido Caprino
Scénariste(s) Marco Bellocchio, Valia Santella, Edoardo Albinati
Distributeur Ad vitam
Année de production 2015
Pays de production Italie, France
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Turin, 1969. Massimo, un jeune garçon de neuf ans, perd sa mère dans des circonstances mystérieuses. Quelques jours après, son père le conduit auprès d’un prêtre qui lui explique qu’elle est désormais au Paradis. Massimo refuse d’accepter cette disparition brutale. Année 1990, Massimo est devenu un journaliste accompli, mais son passé le hante. Les blessures de son enfance tournent à l’obsession…

Adaptation du roman Fais de beaux rêves mon enfant de Massimo Gramellini

Offres VOD de Fais de beaux rêves

MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
UniversCiné HD SD UniversCiné 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
Videofutur SD Videofutur 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter

Toutes les séances de Fais de beaux rêves

Dernières News sur Fais de beaux rêves

Cannes 2016 : Fais de beaux rêves de Marco Bellochio est l'oeuvre d'un virtuose

Critique de Fais de beaux rêves, en ouverture de la Quinzaine des réalisateurs à Cannes 2016.

Bérénice Bejo : "Cannes, c'est le casino"

Rencontre avec Bérénice Bejo, qui faisait l'ouverture de la Quinzaine des réalisateurs avec Fais de beaux rêves.

Photos de Fais de beaux rêves

DR

Casting de Fais de beaux rêves

Guido Caprino
le père de Massimo
Barbara Ronchi
la mère de Massimo

Critiques de Fais de beaux rêves

  1. Première
    par Frédéric Foubert

    Alors que la filmo de Marco Bellocchio est célébrée en ce moment même à la Cinémathèque française (rétrospective jusqu’au 9 janvier), et que son tout premier film (Les Poings dans les poches, 1963), vient d’être édité en DVD, le maître italien, 77 ans, sort en toute discrétion, presque sur la pointe des pieds, l’un des très beaux films de cette fin d’année. Une adaptation d’un best-seller italien (Fais de beaux rêves, mon enfant, de Massimo Gramellini) racontant la longue enquête psychanalytique d’un journaliste traumatisé par la mort mystérieuse et brutale de sa maman alors qu’il était encore en culottes courtes, dans le Turin des années soixante. Entremêlant les époques, Bellocchio encapsule ici un demi-siècle d’histoire ritale (le foot, les curés, la corruption politique, la télé en bruit de fond) sans jamais hausser le ton, composant plutôt une mosaïque de vignettes spleenétiques et sépia, qui laissent les yeux embués et le cœur gros. C’est parfois un peu trop ouvertement sentimental, mais le regard triste du beau Valerio Mastandrea, héros hagard ressassant des souvenirs d’enfance mal digérés (géniales citations de Belphégor), excuse beaucoup de choses. Fais de beaux rêves est une ode envapée à l’amour maternel, quelque chose comme un opéra intime, qui permet de finir 2016 dans un cocon mélancolique et cotonneux. Et sur une conclusion qui nous convient très bien : pour faire de beaux rêves, ouvrir les yeux.