Date de sortie 24 juillet 2019
Durée 105 mn
Réalisé par Marc Dufaud, Thierry Villeneuve
Distributeur UFO Distribution
Année de production 2019
Pays de production France
Genre Film documentaire
Couleur Couleur

Synopsis

"Les seuls êtres qui m'intéressent sont les fous, ceux qui brûlent comme des candélabres romains". Cette phrase de Jack Kerouac hante le film de Marc Dufaud et Thierry Villeneuve. Elle colle surtout à la peau et à l’œuvre de Daniel Darc. Chanteur de Taxi Girl, groupe synthé-punk qui fut la perle noire du rock made in France des années 80, ce personnage ambigu affirma en permanence l’importance de la complexité et de la sensibilité – extrêmes, chez lui, comme toutes choses.

Toutes les séances de Daniel Darc : Pieces of My Life

Photos de Daniel Darc : Pieces of My Life

AFFICHE
UFO Distribution / Sombrero Films
GALERIE
UFO Distribution / Sombrero Films
GALERIE
UFO Distribution / Sombrero Films
GALERIE
UFO Distribution / Sombrero Films
GALERIE
UFO Distribution / Sombrero Films
GALERIE
UFO Distribution / Sombrero Films
GALERIE
UFO Distribution / Sombrero Films
AFFICHE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE

Daniel Darc : Pieces of My Life, affiche

Daniel Darc : Pieces of My Life, affiche

Daniel Darc

Daniel Darc

Daniel Darc

Daniel Darc

Daniel Darc

Daniel Darc

Daniel Darc

Daniel Darc

Daniel Darc

Daniel Darc

Daniel Darc

Daniel Darc

Critiques de Daniel Darc : Pieces of My Life

  1. Première
    par Thomas Baurez

    En vrai punk, Daniel Darc (1959-2013) a tout fait à fond et brûlé ce qui menaçait de l’asservir, à commencer par le succès rencontré à la fin des années 70 avec le groupe Taxi Girl. En solo, le chanteur écorché aura traversé des déserts avant son retour en grâce en 2004 avec l’album Crèvecoeur. Ces balises biographiques, les réalisateurs Marc Dufaud et Thierry Villeneuve s’en foutent un peu. Un homme n’étant pas réductible à sa fiche Wikipédia, ce portrait, riche des propres archives filmées d’un des réalisateurs, permet de partager des moments intimes avec Darc. On en sort avec l’impression d’avoir passé une nuit blanche assis en tailleur dans un petit appartement parisien avec un poète romantique, d’une infinie tendresse, qui ne se ménageait pas. Si le mot n’était pas galvaudé, on dirait volontiers de Daniel Darc qu’il était authentique. Ce film lui ressemble.