Titre original Comme un homme
Date de sortie 15 août 2012
Réalisé par Safy Nebbou
Avec Emile Berling , Charles Berling , Sarah Stern
Scénariste(s) Gilles Taurand, Safy Nebbou
Distributeur Diaphana
Année de production 2012
Pays de production FR
Genre Drame
D’après l’œuvre de Thomas Narcejac

Synopsis

Louis, 16 ans est le fils du proviseur de son lycée. Son meilleur ami, Greg, est sous la menace d’un renvoi définitif après avoir agressé sa jeune prof d’anglais. Pour se venger, il décide de la kidnapper. Louis devient complice en fournissant les clés d’un cabanon de famille isolé sur un îlot, dans les marais. Ligotée, humiliée, Camille est emprisonnée. Ils doivent la libérer le lendemain matin, mais Greg ne vient pas au rendez-vous…pagebreakLibrement adapté de L’âge bête de Boileau-Narcejac aux éditions Denoël.

Offres VOD de Comme un homme

UniversCiné SD UniversCiné 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 7.99  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 3.99 € Louer 7.99  € Acheter

Toutes les séances de Comme un homme

Photos de Comme un homme

DR
DR
Diaphana
Diaphana
Diaphana
Diaphana
Diaphana
Diaphana
Diaphana
Diaphana
Diaphana
Diaphana
Diaphana
Diaphana
Diaphana

Comme un homme

Comme un Homme

Comme un homme

Comme un homme

Comme un homme

Comme un homme

Comme un homme

Comme un homme

Comme un homme

Comme un homme

Comme un homme

Comme un homme

Comme un homme

Comme un homme

Comme un homme

Casting de Comme un homme

Charles Berling
Pierre Verdier
Mireille Perrier
Nathalie Delcourt

Critiques de Comme un homme

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Qui connaît un peu l’oeuvre au noir du tandem Boileau-Narcejac (Les Diaboliques et Sueurs froides sont notamment tirés de deux de leurs bouquins, Celle qui n’était plus et D’entre les morts) ne sera pas étonné d’apprendre que le troisième fi lm de Safy Nebbou, adapté de L’Âge bête, gratte derrière la façade de la normalité. Jeune homme bien sous tous rapports, Louis est au fond un déséquilibré qui n’a jamais surmonté la mort accidentelle de sa mère ; Pierre, son père, est un intellectuel bourgeois qui se réfugie dans le travail pour ne pas avoir à affronter les problèmes. Comme dans L’Empreinte de l’ange, son deuxième fi lm, le réalisateur creuse la question du deuil, de son rejet, des névroses et des psychoses qui en découlent. Il le fait, et c’est plutôt nouveau, avec une grande sensibilité visuelle, le fantastique affleurant à l’image par les seuls cadrages – les décors naturels sont également bien choisis. Le film n’est jamais aussi prenant que lorsque Nebbou s’attache à montrer l’animalité du jeune héros, tour à tour brute, chasseur, voyeur, protecteur. Il est moins convaincant dans les scènes de tension latente entre le fils et son père, rendues sur-signifiantes par les airs d’opéra en fond sonore. Charles Berling peut malgré tout être fier d’Émile, qui possède la présence et le charme paternels, avec un mystère et une gravité qui n’appartiennent qu’à lui. Les chiens ne font pas des chats.