Titre original Comme une etoile dans la nuit
Date de sortie 3 décembre 2008
Réalisé par René Féret
Avec Salomé Stévenin , Nicolas Giraud , Jean-François Stevenin
Scénariste(s) René Féret
Distributeur JML Distribution
Année de production 2008
Pays de production FR
Genre Drame

Synopsis

Alors qu'Anne et Marc ont décidé de faire un enfant, Marc découvre qu'il est atteint de la maladie de Hodgkin. Ce film n'est pas l'histoire d'une maladie, c'est l'histoire d'un amour, un amour qui fait échec à la tristesse et à la peur de la mort, un amour qui se nourrit de l'adversité pour se transformer en force véritable. Anne et Marc atteindront une joie insensée...

Offres VOD de Comme Une Étoile Dans La Nuit

UniversCiné SD UniversCiné 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Cinemasalademande SD Cinemasalademande 3.99 € Louer

Photos de Comme Une Étoile Dans La Nuit

DR
PRODUCTION / JML PRODUCTIONS
PRODUCTION / JML PRODUCTIONS
PRODUCTION / JML PRODUCTIONS
PRODUCTION / JML PRODUCTIONS
PRODUCTION / JML PRODUCTIONS
PRODUCTION / JML PRODUCTIONS
PRODUCTION / JML PRODUCTIONS
PRODUCTION / JML PRODUCTIONS

Comme Une Étoile Dans La Nuit

COMME UNE ETOILE DANS LA NUIT (2007)

COMME UNE ETOILE DANS LA NUIT (2007)

COMME UNE ETOILE DANS LA NUIT (2007)

COMME UNE ETOILE DANS LA NUIT (2007)

COMME UNE ETOILE DANS LA NUIT (2007)

COMME UNE ETOILE DANS LA NUIT (2007)

COMME UNE ETOILE DANS LA NUIT (2007)

COMME UNE ETOILE DANS LA NUIT (2007)

Casting de Comme Une Étoile Dans La Nuit

Jean-François Stevenin
Le père d'Anne

Critiques de Comme Une Étoile Dans La Nuit

  1. Première
    par Didier Roth-Bettoni

    Ils sont jeunes et ils s’aiment. L’avenir est à eux. Et puis le ciel leur tombe sur la tête : Marc est malade, une maladie rare, la maladie de Hodgkin, Marc va mourir... D’un tel point de départ, on peut tout craindre, ou tout espérer selon celui qui le traite. Cinéaste d’une délicatesse rare, habitué aux chroniques familiales et aux attentions de chaque instant accordées à ses personnages, René Féret était certainement l’un des mieux armés pour éviter le pathos facile. Mais peut-être pousse-t-il trop loin sa mise à distance par rapport à un sujet qui lui est pourtant si proche puisqu’il l’a tiré de l’histoire vraie de sa nièce. Du coup, l’émotion est presque trop retenue, la violence des sentiments aussi, et le film, malgré les belles prestations de comédiens qui ne s’économisent pas, s’en ressent. On est touchés, bien sûr, par ce qui s’affirme comme une leçon de courage, de dignité, d’amour et d’espoir, mais jamais bouleversés.