Titre original Goosebumps
Date de sortie 10 février 2016
Durée 104 mn
Réalisé par Rob Letterman
Avec Jack Black , Dylan Minnette , Odeya Rush
Scénariste(s) Darren Lemke
Distributeur Sony Pictures Releasing France
Année de production 2015
Pays de production Etats-Unis
Genre Film fantastique
Couleur Couleur

Synopsis

Zach Cooper vient d’emménager dans une petite ville, et il a bien du mal à se faire à sa nouvelle vie... jusqu’à ce qu’il rencontre sa très jolie voisine, Hannah, et se fasse un nouveau pote, Champ.

Zach découvre rapidement que la famille d’Hannah est spéciale : l’énigmatique père de la jeune fille n’est autre que R.L. Stine, le célébrissime auteur des best- sellers horrifiques Chair de poule. Plus bizarre encore, les monstres que l’écrivain met en scène dans ses romans existent bel et bien. Stine les garde prisonniers à l’intérieur de ses manuscrits. Mais lorsque les créatures se retrouvent libérées par erreur, Zach, Hannah, Champ et Stine sont les seuls à pouvoir sauver la ville.

Adaptation de la série de romans de R.L Stine, Chair de Poule

Offres VOD de Chair de poule : le film

CANAL VOD SD HD CANAL VOD 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 2.99 € Louer 13.99  € Acheter
Orange HD 4K SD Orange 3.99 € Louer 9.99  € Acheter

Toutes les séances de Chair de poule : le film

Dernières News sur Chair de poule : le film

Jack Black à la Fnac

Jack Black sera à la Fnac Saint-Lazare en chair (de poule) et en os.

Photos de Chair de poule : le film

Casting de Chair de poule : le film

Critiques de Chair de poule : le film

  1. Première
    par Sylvestre Picard

    Trois lycéens et l’écrivain R.L. Stine affrontent les monstres sortis des pages des manuscrits des romans d’horreur pour ados Chair de poule qui ravagent leur petite ville. Quelle belle idée de départ. Jolie pirouette méta, qui promet du Amblin 2.0 : les tourments adolescents, l’étrangeté du voisinage, l’aventure banlieusarde, le "monster of the week"... Sur le papier, du moins. Si le résultat n’est pas aussi excitant que le laissent supposer ses prémices, cette relecture frénétique de la mythologie horrifique américaine reste un joli moment de fun grâce à des monstres très réussis (des nains de jardin maléfiques au design soigné). Et Jack Black est parfait, comme d’habitude.