Titre original The Cottage
Date de sortie 9 juillet 2008
Réalisé par Paul Andrew Williams
Avec Andy Serkis , Reece Shearsmith , Jennifer ELLISON
Scénariste(s) Paul Andrew Williams
Distributeur La Fabrique de Films
Année de production 2008
Pays de production franco-britannique
Producteurs Cedric Gonella
Genre Comédie, Film d'horreur

Synopsis

Après avoir kidnappé la fille d'un caïd de la pègre, une bande de pieds nickelés se réfugie au fin fond de la campagne anglaise afin de faire le point, jusqu'au moment où ils vont croiser le chemin d'un fermier dégénéré et psychopathe qui ne leur souhaite pas la bienvenue...

Offres VOD de Bienvenue Au Cottage

MYTF1VOD SD MYTF1VOD 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange SD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter

Photos de Bienvenue Au Cottage

Critiques de Bienvenue Au Cottage

  1. Première
    par Claire Fortier-Durand

    Bienvenue au cottage ! Sa situation idéale, sa forêt sympathique et son hôte… accueillant. Film d’horreur comique ou comédie d’horreur, les deux vont bien à ce petit film britannique qui raconte l’histoire d’un kidnappeur, (mal) aidé par son branque de frère, d’une blonde à forte poitrine et d’un fermier psychopathe… Jusqu’ici tout va bien. Sur un postulat banal, le réalisateur Paul Andrew Williams trousse un petit film sympathique, évitant soigneusement les clichés, et parvenant à nous foutre vraiment la trouille tout en nous faisant rire. Car lorsque l’on attend le pire, le cinéaste déjoue la situation et nous surprend là où l’on s’y attend le moins. Il parvient à créer des personnages attachants malgré les situations délirantes dans lesquelles ils se retrouvent embarqués, grâce notamment à la performance des acteurs (Andy Serkis – et ses compagnons – sont terribles) et on meurt (ahah) d’envie de savoir qui en sortira vivant – ou pas.

  2. Première
    par Alex Masson

    La vraie boucherie de Bienvenue au Cottage est son rythme passé à la moulinette de multiples influences: la sitcom british, les premiers films de Peter Jackson et les imbroglios à la Guy Ritchie (Snatch). L'ensemble donne une farce sympathique, une série B arrosée d'effets qui tâchent dans laquelle Serkis-Shearsmith est l'ingrédient le plus digeste.