Date de sortie 24 octobre 2012
Durée 127 mn
Réalisé par Michael Haneke
Avec Jean-Louis Trintignant , Emmanuelle Riva , Isabelle Huppert
Scénariste(s) Michael Haneke
Distributeur Les Films du Losange
Année de production 2012
Pays de production France, Allemagne, Autriche
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Georges et Anne sont octogénaires, ce sont des gens cultivés, professeurs de musique à la retraite. Leur fille, également musicienne, vit à l’étranger avec sa famille. Un jour, Anne est victime d’un accident. Lorsqu’elle revient chez elle, l’amour qui unit ce vieux couple va être mis à rude épreuve.Amour de Michael Haneke a reçu la Palme d'or à Cannes en 2012.

Toutes les séances de Amour

Dernières News sur Amour

Amour, huis clos mortifère mais vibrant de Michael Haneke

Arte diffusera ce drame avec Emmanuelle Riva et Jean-Louis Trintignant ce soir.

Audiences TV : Retour gagnant pour Alice Nevers, le juge est une femme

Le lancement de la saison 13 sur TF1 a attiré 6 027 000 téléspectateurs.

Photos de Amour

DR
DR
Denis Manin/Les Films du losange
Les Films du losange
Les Films du losange
Les Films du losange
Les films du losange
Denis Manin
Denis Manin
Denis Manin
Denis Manin
Denis Manin
Denis Manin
Denis Manin

Amour

Amour

Amour

Michel Haneke et son crew (Jean Louis Trintignant et Emmanuelle Riva)

Amour

Jean Louis Trintignan

Amour

Emmanuelle Riva

Amour

Affiche Française

Amour

Affiche Française

Amour

Amour

Amour

Amour

Amour

Amour

Amour

Critiques de Amour

  1. Première
    par Thomas Agnelli

    A priori, ce film terminal de plus de deux heuressur la vieillesse, la déchéance et la mort avait de quoi oppresser ceux qui, depuis Funny Games, résument grossièrement les oeuvres de Michael Haneke à de la dissertation punitive, soit du sadomasochisme en bobine. N’ayez crainte ! Il a rangé son fouet au placard. Ça peut sembler un peu bêta de dire ça, mais son Amour a l’évidence des chefs-d’oeuvre. Derrière les atours austères d’un mélodrame rance au goût de formol se cache un grand film d’amour à mort. Sans que l’on sache comment ni pourquoi, on est saisis, dès les premières images, par la dramaturgie qui lie les deux personnages et donc les deux acteurs, sublimes : Jean-Louis Trintignant et Emmanuelle Riva, qui font passer à travers eux des pans entiers de cinéma. Ensemble, ils luttent pour rester debout et conserver un semblant de dignité, se raccrochent aux souvenirs qui flanchent, aux mots tant aimés et sur lesquels ils achoppent désormais. Certes, la cruauté de Haneke est bien là, notamment dans les éprouvants plans-séquences, et se manifeste d’ailleurs dans une scène cauchemardesque assez angoissante. Mais elle ne bride jamais l’altitude tragique, le pouvoir émotionnel d’une histoire déchirante qui parle de tout ce que l’on peut perdre d’important dans une existence : l’amour, que l’on ne rencontre qu’une seule fois ; la passion, en particulier celle de l’art qui permet de s’extraire du réel et de s’ouvrir aux autres ; et la parole, grâce à laquelle tout s’anime et se disloque. Quand Anne/Emmanuelle Riva, alors paralysée, reconnaît et écoute la voix de Georges/Jean-Louis Trintignant, elle revit, à la fois cadavre, jeune mariée et enfant. Chez Bergman, ç’aurait été une maison isolée en pleine nature. Haneke a opté pour un immense appartement haussmannien, royaume de solitude aux portes verrouillées envahi par des souvenirs lointains, des familiers étrangers et des odeurs nauséabondes. Pour la première fois désarmé face aux deux monstres de cinéma qu’il dirige, le cinéaste autrichien de 70 ans n’a plus besoin de se cacher derrière la démonstration lourde, la manipulation formelle, la provocation de surface. Au gré d’un scénario quasi linéaire, il chemine admirablement vers la simplicité, même secrète. À l’instar de son précédent Ruban blanc, déjà palmé d’or, Amour est un fi lm fantastique – au propre comme au figuré – sur l’inconsolable proximité des fantômes.