Date de sortie 17 avril 2019
Durée 94 mn
Réalisé par Brillante Mendoza
Avec Allen Dizon , Elijah Filamor , Baron Geisler
Scénariste(s) Troy Espiritu
Distributeur New Story
Année de production 2018
Pays de production Philippines
Genre Thriller
Couleur Couleur

Synopsis

Dans les quartiers pauvres de Manille, la lutte antidrogue fait rage. Un officier de police et un petit dealer devenu indic tentent coûte que coûte de faire tomber l’un des plus gros trafiquants de la ville, mettant en jeu leur réputation, la sécurité de leur famille… et leur vie.

Offres VOD de Alpha : The Right to Kill

Orange HD SD Orange 4.99 € Louer 13.99  € Acheter
MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 4.99 € Louer 13.99  € Acheter
UniversCiné SD HD UniversCiné 2 € Louer 5  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 5.99 € Louer 13.99  € Acheter

Toutes les séances de Alpha : The Right to Kill

Photos de Alpha : The Right to Kill

AFFICHE
New Story / Centerstage Productions
GALERIE
New Story / Centerstage Productions
GALERIE
New Story / Centerstage Productions
GALERIE
New Story / Centerstage Productions
AFFICHE
GALERIE
GALERIE
GALERIE

Alpha : The Right to Kill, affiche

Alpha : The Right to Kill, affiche

Allen Dizon (Moises Espino)

Allen Dizon (Moises Espino)

Allen Dizon (Moises Espino)

Allen Dizon (Moises Espino)

Personnages, Elijah Filamor (Elijah)

Personnages, Elijah Filamor (Elijah)

Casting de Alpha : The Right to Kill

Allen Dizon
Moises Espino
Baron Geisler
Noramn Abel Bautista

Critiques de Alpha : The Right to Kill

  1. Première
    par Sophie Benamon

    Brillante Mendoza nous a habitués à son style documentaire rugueux au service de polars empreints de réalisme social. Récemment, ces derniers semblent particulièrement inspirés par la sanglante lutte contre la drogue livrée par les autorités philippines. En 2016, Ma’ Rosa – qui a valu à Jaclyn Jose un prix d’interprétation à Cannes – montrait une mère de famille forcée de trafiquer de la méth pour survivre. L’an dernier, sa série Amo racontait la descente aux enfers d’un ado. Beaucoup y ont vu un écho à la politique du président Rodrigo Duterte qui prône une lutte sans merci contre la drogue, quitte à justifier le meurtre de dealers et de consommateurs. Alpha, the Right to Kill surfe sur la même thématique et tente de remettre les pendules à l’heure : non, Mendoza ne soutient pas les interventions musclées des forces de l’ordre. On y suit un policier participant à un vaste coup de filet contre un baron de la drogue et son indic, petit dealer qui tente de survivre dans un bidonville de Manille. Le style est là, vif, nerveux. La caméra (à l’épaule) de Mendoza se faufile dans les ruelles, monte sur les toits, descend dans les recoins cachés. Aucun doute, ce cinéaste sait comme personne nous embarquer avec lui. Dommage qu’il n’ait pas apporté le même soin à l’écriture de son récit. En dressant un parallèle entre le policier corrompu et le jeune délinquant, Mendoza se fait moraliste : « Voyez les dégâts du trafic sur deux pères de famille de bonne volonté. » Et on finit par gentiment s’ennuyer, sentiment auquel ce cinéaste clivant ne nous avait pas habitués...