Titre original Alex Cross
Date de sortie 19 décembre 2012
Réalisé par Rob Cohen
Avec Tyler Perry , Matthew Fox , Ed Burns
Scénariste(s) Mark Moss, Kerry Williamson, Marc Moss
Distributeur Metropolitan FilmExport
Année de production 2012
Pays de production US
Producteurs Ethan Smith (producteur) Randall Emmett George Furla James Patterson
Genre Film policier
D’après l’œuvre de James Patterson

Synopsis

Alex Cross, psychiatre légal et détective, traque Michael Sullivan, un psychopathe surnommé "Le boucher de Sligo". Cross parvient à faire échouer une de ses tentatives de meurtres. Mais Sullivan prépare sa vengeance...D'après le roman de James Patterson.

Offres VOD de Alex Cross

SFR SD HD SFR 4.99 € Louer
Cinemasalademande SD HD Cinemasalademande 3.99 € Louer

Photos de Alex Cross

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Alex Cross

Alex Cross

Alex Cross

Alex Cross

Alex Cross

Alex Cross

Alex Cross

Alex Cross

Alex Cross

Alex Cross

Affiche Us

Alex Cross

Affiche Us

Alex Cross

Affiche Portugaise

Casting de Alex Cross

Tyler Perry
Alex Cross
Ed Burns
Tommy Kane
Jean Reno
Gilles Mercier

Critiques de Alex Cross

  1. Première
    par Sylvestre Picard

    Le superflic Alex Cross, héros d’une série de dix-neuf romans écrits par les nègres de James Patterson, est déjà apparu deux fois au cinéma sous les traits de Morgan Freeman,
    dans Le Collectionneur (1997) et Le Masque de l’araignée (2001). Tyler Perry, star aux États-Unis dans le registre de la comédie beauf, mais inconnu ailleurs, endosse à son tour l’imper de Cross dans une version rajeunie. Produit à la va-vite, le nouveau long de Rob Cohen se révèle un héritier étrange et maladif des films d’action policiers post-Seven. Ça passe ou ça casse : montage hasardeux, dialogues surréalistes, apparitions « nanardesques » (coucou Jean Reno), violence light au parfum de série B du dimanche soir... Et un bad guy incarné par Matthew Fox, tueur sadomaso tout en muscles adepte de mixed martial arts et du dessin au fusain, improbable fusion de 47 (le héros de Hitman) et d’un Albert Dupontel sous stéroïdes. Il restera dans les mémoires.