Titre original Air Doll
Date de sortie 16 juin 2010
Réalisé par Hirokazu Kore-Eda
Avec Doona Bae , Arata , Joe Odagiri
Scénariste(s) Hirokazu Kore-Eda
Distributeur Océans Films
Année de production 2010
Pays de production JP
Genre Comédie dramatique

Synopsis

Tokyo. Une poupée d’air habite l’appartement sordide d’un homme d’une quarantaine d’années. Elle ne peut ni parler, ni bouger, mais elle est la seule compagne de son propriétaire. Il lui parle, prend son bain avec elle, et lui fait l’amour chaque soir, en rentrant du travail. Mais un jour, le fantasme devient réalité : la poupée prend vie et développe des sentiments humains. Comme un nouveau-né, elle découvre un monde inconnu qu’elle aspire à découvrir. Elle s’aventure alors dans les rues de la ville, fascinée par tout ce qu’elle voit, mais les gens qu’elle rencontre sont incapables de lui expliquer ce que veut dire “être en vie”...C’est en poussant la porte d’un vidéoclub qu’elle obtient enfin une réponse : elle fait la connaissance de Junichi, le vendeur, et tombe aussitôt amoureuse de lui. La poupée est embauchée au magasin et noue chaque jour des liens de plus en plus forts avec Junichi : ils vont ensemble au cinéma et sillonnent la ville … comme un couple. La poupée est parfaitement heureuse jusqu’au jour où elle se coupe la main par accident et se met à dégonfler devant Junichi…

Offres VOD de Air Doll

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Air Doll

Photos de Air Doll

DR

Air Doll

Casting de Air Doll

Doona Bae
La poupée
Arata
Junichi
Joe Odagiri
Sonoda, le fabricant de poupées
Masaya Takahashi
Keiichi, le vieil homme

Critiques de Air Doll

  1. Première
    par Alex Masson

    (...) Air Doll est une relecture façon manga de Pinocchio. Nozomi, la poupée, partage avec la marionnette le même regard ingénu sur le monde, qui fait tout le charme mais aussi parfois l’inconvénient du film. Nozomi aurait pu se passer de voix tant ses commentaires sur ce qu’elle découvre de l’espèce humaine ressemblent par moments à une litanie de poncifs, heureusement atténuée par un regard désemparé sur un Japon tout en névroses et sur la condition qu’il réserve aux femmes.