Titre original Abus de faiblesse
Date de sortie 12 février 2014
Réalisé par Catherine Breillat
Avec Isabelle Huppert , Kool Shen , Laurence Ursino
Scénariste(s) Catherine Breillat
Distributeur Rezo Films
Année de production 2014
Pays de production FR
Genre Drame

Synopsis

Victime d’une hémorragie cérébrale, Maud, cinéaste, se réveille un matin dans un corps à moitié mort qui la laisse hémiplégique, face à une solitude inéluctable. Alitée mais déterminée à poursuivre son projet de film, elle découvre Vilko, arnaqueur de célébrités, en regardant un talk-show télévisé.Son arrogance crève l’écran avec superbe : Maud le veut pour son prochain film. Ils se rencontrent. Il ne la quitte plus. Elle aussi, il l’escroque et lui emprunte des sommes astronomiques. Il lui prend tout mais lui donne une gaieté et une sorte de chaleur familiale.Ce film raconte l’abus de faiblesse dont Maud est victime.

Toutes les séances de Abus de Faiblesse

Photos de Abus de Faiblesse

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
Rezo Films
Rezo Films
Rezo Films
Rezo Films
Rezo Films
Rezo Films
Rezo Films
Rezo Films
Rezo Films
Rezo Films
Rezo Films
DR

Abus de Faiblesse

Abus de faiblesse

Abus de faiblesse

Abus de faiblesse

Abus de faiblesse

Abus de faiblesse

Abus de faiblesse

Abus de faiblesse

Abus de faiblesse

Abus de faiblesse

Abus de faiblesse

Abus de faiblesse

Abus de faiblesse

Abus de faiblesse

Abus de faiblesse

Abus de faiblesse

Abus de faiblesse

Abus de faiblesse

Abus de faiblesse

Affiche Française

Critiques de Abus de Faiblesse

  1. Première
    par Frédéric Foubert

    Le bad boy s’appelle Vilko, la réalisatrice, Maud, mais on est invités à reconnaître en eux Christophe Rocancourt et la réalisatrice Catherine Breillat, qui relate ici l’escroquerie dont elle a été victime
    en 2007-2008. Tout le monde connaît l’affaire, et le problème du film est justement dans la manière dont l’écho médiatique du fait divers fait constamment écran à la « fiction ». Autrement dit, Kool Shen a beau faire le job, on vous échange n’importe quel talk-show avec l’embobineur Rocancourt contre dix Abus de faiblesse. Breillat relate les faits de manière froide, objective, comme on rédigerait un dépôt de plainte, et n’effleure les potentialités dramaturgiques du sujet que dans le dernier tiers du film, qui se met soudain à ressembler à une version glauque et dégénérée de Sunset Boulevard. Mais le grand film sur (et avec ?) « l’arnaqueur des stars » reste à faire.