DR

Retour sur le générique resté célèbre du classique d'Alfred Hitchcock, réalisé par le maître du genre Saul Bass, à l'occasion de sa diffusion ce soir sur Chérie 25.

Ce soir, Chérie 25 dédie sa soirée au maître du suspens, Alfred Hitchcock, avec la diffusion en première partie de soirée de l'inoubliable Psychose, qui se porte encore comme un charme malgré des cinquante-cinq printemps. Réalisée contre l'avis initial de la Paramount, cette adaptation d'un roman de gare de Robert Bloch publié quelques mois plus tôt est rapidement devenue l'un des plus gros succès publics de la filmographie de Hitchcock, notamment en France (plus de deux millions d'entrées).

Aujourd'hui, tout a été dit et écrit sur la mythique scène de la douche, décortiquée, remakée, parodiée sous toutes ses formes. Du tour de force narratif de Hitchcock qui ose faire disparaître son héroïne après moins d'une heure de film au twist final encore dans toutes les mémoires, peu de films ont marqué autant l'imaginaire collectif que Psychose. Un film a même été consacré à sa genèse difficile : Hitchcock de Sacha Gervasi, sorti en 2012.

Parmi les autres traces que Psychose a laissé dans l'histoire du cinéma, on pense également à son générique d'ouverture, réalisé par nul autre que le grand Saul Bass, collaborateur privilégié d'Alfred Hitchcock et auteur de quelques-uns des plus beaux génériques de l'histoire.

Le Temps de l'innocence : Saul Bass, un vrai génie des génériques

Entre minimalisme et sens du contraste

Réalisé pour un montant estimé à 21.000 dollars par le site Art of the Title, le générique de Psychose frappe dans un premier temps pour sa radicalité minimaliste. Il ne s'agit en effet que d'une succession de lignes géométriques noires, blanches ou grises, surgissant des quatre coins de l'écran et qui se croisent pour faire apparaître et disparaître petit à petit le titre du film ou le nom des acteurs principaux, le tout dans une des typographies les plus classiques qui soient.

Cette simplicité de moyens est en fait le moyen idéal pour Saul Bass de faire figurer l'un des enjeux principaux du film, à savoir la personnalité schizophrène de Norman Bates (Anthony Perkins), à la fois bienveillante et machiavélique, présente et fuyante. Tout comme Psychose se présente comme un thriller d'une grande sécheresse et sans artifices narratifs, le générique de Saul Bass va lui aussi immédiatement dans le vif du sujet. Quant à son effet d'apparition et de disparition, s'il est aujourd'hui aussi répandu, c'est avant tout grâce à l'influence de l'héritage de Saul Bass puisque Psychose faisait office de pionnier de la typographie cinétique en compagnie des autres films de l'époque de Hitchcock, La mort aux trousses ou Sueurs froides.

L'influence de Bernard Herrmann

L'efficacité du générique de Saul Bass ne peut pas non plus faire oublier l'influence du célèbre thème composé par Bernard Herrmann, dont le rythme dissonant des cordes participe à l'effet de dualité que l'on peut voir à l'image. Son tempo lancinant rejoint le défilement permanent des lignes et du texte à l'image, créant un effet d'urgence et de suspens qui pose d'emblée le ton horrifique qui imprègne le classique d'Alfred Hitchcock.

En jouant sur le dévoilement, le non-dit, et la menace planant en permanence sur le spectateur sans savoir réellement d'où elle provient, le générique de Psychose pose en moins de deux minutes l'atmosphère du film, et cela dans le style le plus abstrait possible. Il démontre également l'influence du travail de Saul Bass dans l'oeuvre de Hitchcock, et pour Psychose tout particulièrement. Crédité en tant que "conseiller pictural", Saul Bass travailla dans l'ombre du cinéaste sur d'autres séquences du film. Selon une vieille légende urbaine, certains pensaient même que c'était à lui que l'on devait le tournage de la scène du meurtre dans la douche. Saul Bass y participa bien, certes, mais uniquement en tant que story-boardiste.

L'histoire de Psychose : Marion Crane se rend dans un motel après avoir dérobé une importante somme d'argent à son patron. Mais le refuge s'avère bien précaire car Marion meurt poignardée par une vieille femme surgie du néant.

Psychose est diffusé ce soir à 20h55 sur Chérie 25.