DR

Passez votre jeudi soir devant le petit écran aux côtés d'un super-héros Marvel, d'une princesse Disney new look ou bien de strip-teaseurs british qui sortent de l'ordinaire.

Captain America : First Avenger de Joe Johnston

Captain America : First Avenger nous plonge dans les premières années de l’univers Marvel. Steve Rogers, frêle et timide, se porte volontaire pour participer à un programme expérimental qui va le transformer en un Super Soldat connu sous le nom de Captain America. Allié à Bucky Barnes et Peggy Carter, il sera confronté à la diabolique organisation Hydra dirigée par le redoutable Red Skull.

Alors que le troisième épisode des aventures de Captain America atterrira dans les salles obscures mercredi prochain, France 4 remonte aux origines du super-héros Marvel avec ce First Avenger, origin story dans laquelle Steve Rogers (Chris Evans) découvre les réalités et l'envers du costume de Captain America devant la caméra de Joe Johnston. Le résultat, divertissement solidement mis en scène, avait convaincu Première à sa sortie en salles : "Il n'est pas question ici de réinventer le comic et ses archétypes mais de le détourner, de jouer sur le décalage entre une ambition de blockbuster et cette dimension assumée de cinoche à l'ancienne dont le réalisateur tire le meilleur parti - timing parfait, répliques qui font mouche, ironie mordante". Succès modeste en salles (370 millions de dollars de recettes), ce premier épisode a cependant posé les jalons de la franchise et redonné vie à celui qui est aujourd'hui l'un des Avengers les plus populaires du MCU.

Captain America : First Avenger est diffusé ce soir à 20h50 sur France 4.

Blanche Neige et le Chasseur de Rupert Sanders

Il y a très longtemps, dans un sombre royaume, naquit "une enfant au teint blanc comme la neige, aux lèvres rouges comme le sang et aux cheveux noirs comme le bois d’ébène !" Très belle, sa chevelure noire et la blancheur de sa peau lui valent le surnom de Blanche-Neige. Seulement, sa beauté attise la jalousie de la diabolique reine Ravenna, sa marâtre. En quête de la jeunesse éternelle, cette dernière missionne Éric, un chasseur, d'éliminer cette jeune femme qui ose lui faire de l'ombre. Valeureux, Éric ne parvient pourtant pas à résister aux charmes de Blanche-Neige. Il se prend d'affection pour elle et se retourne contre la reine Ravenna.

Dans sa logique actuellement de revisiter en live action quelques-uns des plus grands classiques de son répertoire, Disney se penchait en 2012 sur l'une de ses plus célèbres princesses, Blanche-Neige. À l'écran, Kristen Stewart prête ses traits à l'héroïne des frères Grimm face à Chris Hemsworth et Charlize Theron. Risqué sur le papier, le pari est finalement relevé pour Première : "Dark au possible, lyrique en diable, beau comme une enluminure, son Blanche-Neige et le Chasseur revisite le conte des frères Grimm avec respect (le miroir, la pomme, les nains, le baiser sont bien là), tout en lui faisant quelques infidélités. […] Les deux figures cardinales du conte ne sont pas oubliées : montagne de névroses, la reine est à la fois terrifiante et touchante ; Blanche-Neige, elle, est aussi coriace qu’idéaliste. Au passage, Charlize Theron, impériale, dame d’ailleurs le pion à Kristen Stewart". Malgré le succès du film (400 millions de dollars), le tournage défraye la chronique des rubriques People à cause de la relation extraconjugale entre K-Stew et le réalisateur Rupert Sanders, tous deux écartés de la suite de Blanche-Neige et le Chasseur. Centré sur ce dernier, Le chasseur et la reine des glaces est en salles depuis cette semaine en France.

Blanche-Neige et le chasseur est diffusé ce soir à 20h55 sur TMC.

The Full Monty de Peter Cattaneo

Sheffield est une ville sinistrée où le chômage règne en maître. Suite au passage triomphal d'une troupe de strip-teaseurs, Gaz décide de monter un spectacle du même genre. Du recrutement aux répétitions clandestines en passant par l'annonce d'un strip-tease intégral pour attirer les foules, Gaz va entrainer sa bande de copains dans bien des péripéties.

Comédie au budget riquiqui sur un groupe de chômeurs de la ville de Sheffield qui décident de devenir chippendales pour payer leurs factures, The Full Monty fut l'un des phénomènes ciné de l'année 1997 en salles. Séduisant le public par son humour décalé, qui ne cache néanmoins pas un portrait doux-amer d'une génération ravagée par une crise économique sévère, il récolta plus de 160 millions de livres (soit 250 millions de dollars) à l'international et rentabilisa plus de cinquante fois son budget initial. La France aussi plébiscita ces ouvriers stripteasers avec plus de 3,5 millions de spectateurs en salles. Très chaleureusement reçu par la critique qui plus est, le film réalisé par Peter Cattaneo remporta trois BAFTA, décrocha quatre nominations aux Oscars (remportant celui de la meilleure bande-son pour un film comique ou musical) ainsi qu'une nomination au César du meilleur film étranger.