Nom de naissance Claude Rains
Naissance
Camberwell, Londres, Royaume-Uni
Décès
Genre Homme
Profession(s) Interprète
Avis

Biographie

À propos de son métier, l’acteur anglais Claude Rains a déclaré : « Souvent nous voudrions secrètement faire les mêmes choses contre lesquelles nous luttons. Et bien, voici que dans les films je peux être mesquin et mauvais à souhait, sans pour autant blesser quelqu'un ». Retour sur la vie de cet enfant de la balle, à la célèbre voix riche et profonde. De son nom complet William Claude Rains, il est né le 10 novembre 1889 à Londres, d’un père acteur (Fred Rains), qui lui transmet sa passion de comédien. Issu d'une famille de douze enfants, dont seulement trois survivent, et gazé durant la Première Guerre mondiale, il perdra l’usage d’un œil. Suivant les traces de son père, Claude Rains débute au théâtre dès onze ans dans Nell of Old Drury. Grandir dans le monde du quatrième art lui permet non seulement de se familiariser avec l’art de la comédie, mais aussi de connaître tous les rouages du métier, progressant du statut de groom à celui de metteur en scène. Le créateur de l'Académie Royale d'Art Dramatique, Sir Herbert Beerbohm Tree, remarque son talent d'acteur et lui fait travailler son élocution, marquée par un accent cockney très prononcé. Claude Rains décide de se rendre en Amérique en 1913 au théâtre de New York, et sa voix singulière le révèle à Hollywood dans L'Homme invisible de James Whale. Dès 1936, il est engagé par la Warner, et joue une multitude de personnages sombres, rôles dans lesquels il excelle : sénateur cynique dans Mr. Smith au Sénat (1939) ou policier malhonnête dans Casablanca (1942). Il sera ainsi cité à quatre reprises aux Oscars. Par la suite, les studios Universal lui offrent le rôle-titre dans la nouvelle version du Fantôme de l'Opéra en 1943. Face à la caméra d’Alfred Hitchcock, il tient un rôle de composition (avec Ingrid Bergman) dans Les Enchaînés en 1946, qui lui vaut une nouvelle nomination aux Oscars. Il offre un de ses rôles les plus mémorables dans La Tour Blanche (1950), en interprétant un Paul DeLambre hanté et suicidaire sur fond d’aventure d'alpinisme. Dans les années cinquante et soixante, si l’on voit encore un Claude Rains plus âgé avec quelques prestations de qualité, notamment dans Le Monde perdu (1960), Lawrence d’Arabie (1962) et La Plus grande histoire jamais contée (1965), c’est surtout vers le petit écran qu’il se tourne désormais. Il embrasse ainsi une carrière télévisuelle avec près de vingt participations. Ancien élève d’Alfred Hitchcock, il est la vedette dans cinq épisodes d’Alfred Hitchcock présente, dans les années soixante. Ses performances reflètent l’acteur accompli qu’est Claude Rains, qui figure en tête de liste parmi ses pairs. Entre-temps, avec Darkness at Noon (1951), il fait un retour triomphant à Broadway. La vie sentimentale de Claude Rains est pour le moins mouvementée. Il se marie six fois : d’abord avec l'actrice Isabel Jeans de 1913 à 1915 (divorcés), puis avec Marie Hemingway en 1920, dont il divorce la même année ; en 1924, il se remarie avec Beatriz Thomas, jusqu’à leur divorce en 1935. Il aura une fille avec sa quatrième épouse, Frances Propper (de 1935 à 1956), l'actrice Jessica Rains née en 1938. Si son avant-dernière union avec Agi Jambor ne dure qu’un an (de 1959 à 1960), il restera auprès de Rosemary Clark Schrode, sa dernière épouse, jusqu’à la mort de cette dernière (de 1960 à 1964). Nommé quatre fois pour l’Oscar du Meilleur Second rôle masculin, il ne sera curieusement jamais lauréat. Claude Rains décède le 30 mai 1967 à Laconia dans l’État du New Hampshire, des suites d’une hémorragie intestinale, laissant derrière lui une carrière bien remplie.

Filmographie Cinéma

Année Titre Métier Rôle Avis Spectateurs
2015 Anthony Adverse Acteur LUIS Don
2015 Betsy Acteur Napoléon
2015 Stolen Holiday Acteur ORLOFF Stefan
2015 Voyage Sans Retour Acteur Frederick Lannington
2015 Notre cher amour Acteur TARGEL

Stars associées