Nom de naissance Caroline Cellier
Naissance (74 ans)
Montpellier, Hérault
Genre Femme
Profession(s) Interprète
Avis

Biographie

Actrice française, Caroline Cellier, de son vrai nom Monique Cellier, est née en 1945 à Montpellier d’un père garagiste. Fascinée par le théâtre et le cinéma depuis son enfance, elle fréquente le lycée Molière à Paris avant de s’inscrire au cours d’art dramatique de René Simon en 1963. La même année, elle interprète Le Ciel de lit de Jan De Hartog, pour lequel elle reçoit le Prix Marcel Achard. Forte de cette reconnaissance, Caroline Cellier obtient l’année suivante, son premier rôle sur le petit écran dans le téléfilm Une Fille dans la montagne de Roger Leenhardt, avec Jacques Higelin. Toujours en 1964, elle est dans le casting d’un autre téléfilm, La Mégère apprivoisée de Pierre Badel. On lui décerne également les prix Gérard Philipe et Suzanne Bianchetti pour sa prestation dans la pièce Croque-Monsieur, avec Jacqueline Maillan, ainsi que pour son rôle dans Du Vent dans les Branches de Sassafras, avec Michel Simon.En 1965, la jeune actrice fait ses débuts au cinéma avec La Tête du client de Jacques Poitrenaud, aux côtés de Michel Serrault, Francis Blanche, Jean Richard et Patrice Laffont. Elle y rencontre également Jean Poiret qui deviendra son mari et le père de son fils Nicolas, né en novembre 1978. Les deux acteurs resteront ensemble jusqu’à la mort de l’auteur et célèbre interprète de la pièce La Cage aux folles, en mars 1992.En 1968, elle tourne sous la direction de Claude Lelouch dans La Vie, l’Amour, la Mort. Une année plus tard, elle collabore avec un autre cinéaste de renom, Claude Chabrol, dans Que la bête meure, où elle donne la réplique à Jean Yanne et Maurice Pialat. Continuant sur sa lancée, Caroline Cellier travaille par la suite avec Édouard Molinaro dans Les Aveux les plus doux(1972), aux côtés de Philippe Noiret et Roger Hanin, et L’Emmerdeur, qui remporte un franc succès. Dans la distribution de ce dernier film, tourné en 1973, on retrouve également Lino Ventura et Jacques Brel. Elle apparaît ensuite dans Mariage (1974) de Claude Lelouch, Les Fougères bleues (1977) de Françoise Sagan, Certaines nouvelles (1979) de Jacques Davila et Le Vol d’Icare (1980) de Daniel Ceccaldi.En 1982, Henri Verneuil lui confie le rôle d’Hélène Kerjean, la femme de Paul Kerjean (incarné par Patrick Dewaere), dans Mille milliards de dollars, qui connaît un vif succès. L’histoire du film tourne autour d’une grosse affaire de corruption dont la révélation, par le journaliste Kerjean, a entraîné le suicide du présumé accusé. Suivront d’autres films à succès tels que Surprise Party (1984) de Roger Vadim et P’tit con (1984) de Gérard Lauzier. Cependant, c’est grâce à son rôle de mère de Valérie Kaprisky dans L’Année des méduses de Christopher Frank, avec Bernard Giraudeau, qu’elle obtient le César de la Meilleure Actrice dans un Second Rôle en 1985. Cette année-là, Claude Chabrol la dirige dans Poulet au vinaigre, avec Michel Bouquet et Jean Poiret.En 1986, elle campe une inconditionnelle du jeu dans Poker de Catherine Corsini, avec Pierre Arditi. L’année suivante, elle entre dans la peau d’un escroc dans Vent de Panique de Bernard Stora, où elle retrouve Bernard Giraudeau. En 1991, elle incarne une fille de joie dans La Contre-Allée d’Isabel Sebastian avant de devenir, un an plus tard, professeur de lettres sous la direction de son mari Jean Poiret, dans Le Zèbre, adapté du roman éponyme d’Alexandre Jardin. Sa prestation dans ce film lui vaut une nomination au César de la Meilleure Actrice. En 1994, elle interprète Margareth Hunter dans l’histoire du légendaire castrat Farinelli de Gérard Corbiau. Deux ans après, elle tourne dans Hommes, Femmes : mode d’emploi de Claude Lelouch.À partir de la seconde moitié des années quatre-vingt-dix, Caroline Cellier délaisse d’autres genres cinématographiques pour s’attacher aux comédies. En 1997, on la voit dans Didier d’Alain Chabat, aux côtés de celui-ci et de Josiane Balasko, et dans Le Plaisir et ses petits tracas de Nicolas Boukhrief, avec Vincent Cassel notamment. Après huit années de silence, elle joue dans Jean-Philippe de Laurent Tuel. Elle y donne la réplique à Fabrice Luchini, Johnny Hallyday et Laeticia Hallyday. Elle croise Jean-Pierre Darroussin, Jacques Gamblin, Marie Gillain et François Berléand sur le plateau de tournage du long-métrage Fragile(s) de Martin Valente, en 2007.Parallèlement à son travail d’actrice de cinéma, elle officie pour la télévision. Elle apparaît dans une quinzaine de téléfilms dont Un jeu dangereux (2005) de Patrick Dewolf, Les Grands enfants (1998) de Denys Granier-Deferre, La Disgrâce (1997) de Dominique Baron, Délit mineur (1994) de Francis Girod, Danger passion (1986) de Philippe Triboit, ou encore La guerre de Troie n’aura pas lieu (1967) de Marcel Cravenne. Côté quatrième art, elle collabore avec : Pierre Franck dans Pygmalion (1967) de George Bernard Shaw, Chaud et froid (1967) de Fernand Crommelynck et La Fille de Stockholm (1969) d’Alfonso Leto ; Jacques Charon dans Le Ciel de lit (1971) de Jan De Hartog ; Gérard Vergez dans Les Liaisons dangereuses (1988) de Christopher Hampton ; Philippe Adrien dans Un tramway nommé Désir (1998) de Tennessee Williams et Tilly dans L’Éventail de Lady Windermere (2003) d’Oscar Wilde.

Filmographie Cinéma

Année Titre Métier Rôle Avis Spectateurs
2010 Thelma, Louise et Chantal Acteur Gabrielle
2007 Fragile(S) Acteur Hélène
2006 Jean-Philippe Acteur Caroline
1997 Le Plaisir (Et Ses Petits Tracas) Acteur Hélène
1996 Hommes, Femmes : Mode D'Emploi Acteur madame Blanc

Filmographie Série

Année Titre Métier Rôle Avis Spectateurs
1998 Les grands enfants Acteur -

Stars associées