The Politician
netflix

Déjantée, colorée, débridée, cette comédie loufoque, mais toujours pertinente, est une réussite.

Début 2018, Ryan Murphy signait un deal massif avec Netflix pour écrire, produire et développer de nouvelles séries pour la plateforme. Un an et demi plus tard, voilà la première mouture de cette collaboration : The Politician, une dramédie férocement originale, satire du monde politique se déroulant dans l'univers du lycée.

L'histoire suit Payton Hobart (Ben Platt), riche élève de Santa Barbara en Californie, qui pressent depuis l’âge de 7 ans qu’il deviendra un jour Président des États-Unis d’Amérique. Toute sa vie a donc été guidée par ce but ultime. Et alors qu'il entre en Terminale, le voilà face à une étape cruciale de son parcours idéal vers la Maison Blanche : devenir Président du conseil des Etudiants du lycée Saint Sebastian avant de s’assurer une place à Harvard...


Difficile de classer The Politician dans une seule catégorie. Comme souvent, Ryan Murphy s'amuse à mélanger les genres. On est clairement dans la comédie loufoque, avec cette lumière chatoyante, ces décors plus beaux que nature et ces costumes particulièrement chamarrés. On est également dans le drame, parce que l'histoire parle de suicide, d'abandon, de divorce, de maltraitance. On est un peu dans Glee aussi, avec cette ambiance lycéenne farfelue, autour de cette interminable quête d'identité. Enfin, The Politican rajoute une petite note de Music-hall, puisqu'il y a, au fil de la première saison, 2 ou 3 chansons magistralement interprétées par Ben Platt, l'acteur principal, qui est habituellement une star de Broadway.

C'est d'ailleurs pour lui que Ryan Murphy a écrit la série et il vrai que le jeune homme (clairement un peu trop vieux pour jouer les lycéens, mais tant pis) sait jouer avec brio sur tous les tableaux. Il est le cœur battant de cette histoire burlesque, qui repose grandement sur la performance du casting (de Jessica Lange à Zoey Deutch en passant par Gwyneth Paltrow). Tous ces personnages cartoonesques n'ont pas vocation à être réalistes. Ils sont volontairement énormes. Comme dans un film de Wes Anderson, vers qui Murphy et ses auteurs lorgnent manifestement.


D'une créativité folle, jamais avare de rebondissements, jamais ennuyeuse et rythmée par des épisodes courts et efficaces, la série réussit à nous passionner pour l'élection du Président du lycée en jouant à fond la carte de la satire politique du XXIe siècle, avec ses calculs vicieux, ses stratégies douteuses, ses mises en scènes ridicules et ses sondages improbables, omniprésents. Un peu grossière par moment, la caricature va en se complexifiant et finit par faire mouche. L'épisode consacré "au votant" est une petite merveille en soi. Au fur et à mesure que l'élection approche, ces personnages ubuesques gagnent en épaisseur. La pantalonnade devient plus forte, plus sérieuse aussi. Et la fin de la saison prend ainsi un virage plus nuancé, ouvrant de belles et excitantes perspectives pour la saison 2 déjà commandée par Netflix.

The Politician, saison 1 en 8 épisodes - Disponibles sur Netflix le vendredi 27 septembre 2019.

A lire aussi sur Première

Mortel : pas tout à fait, mais pas mal quand même (critique)

La nouvelle série française de Netflix oscille maladroitement entre teen drama et action fantastique, puis finit par trouver son style, plutôt cool.

The Crown, saison 3 : sa majesté Olivia Colman (critique)

L'actrice récemment oscarisée livre une performance extraordinaire, à l'image de l'ensemble du nouveau casting, qui a pris la relève de façon souveraine.