I Know This Much is True
HBO

Incarnant les jumeaux Thomas et Dominick Birdsey, l'acteur d'Avengers signe une performance XXL, dans une mini-série sinistre au possible.

Loin, bien loin de son rôle de géant vert dans Avengers, Mark Ruffalo signe une performance magistrale dans I Know This Much is True, adaptation d'un best-seller paru en 1998, écrit par Wally Lamb. Une mini-série HBO glauque à souhait, qui commence ce soir sur OCS en France.

Ce bon vieux Hulk y est tout simplement méconnaissable, incarnant deux personnages à l'écran : les jumeaux Thomas et Dominick Birdsey. Ils sont nés à quelques minutes d'intervalle, mais pas de la même année, puisque l'un est sorti le 31 décembre et l'autre le 1er janvier ! Et ce n'est pas la seule chose qui sépare les deux frangins. Depuis son enfance, Thomas souffre de schizophrénie et a bien du mal à trouver sa place dans la petite ville rurale de Three Rivers, au fin fond du Connecticut. Du coup, Dominick a pris soin de lui, à chaque moment de leurs vies. Située au début des années 1990, I Know This Much is True fait des allers-retours dans le temps, pour évoquer le passé tumultueux de ces jumeaux pas comme les autres.


Tumultueux, c'est un euphémisme ! L'histoire de Thomas et Dominick est une succession de drames, de tragédies, d'horreurs indicibles, qui s'empilent épisode après épisode. Et ça commence très fort, avec une ouverture fracassante, durant laquelle Thomas se tranche sauvagement le bras avec une machette, au beau milieu d'une bibliothèque publique, en clamant des versets de la Bible ! Dès le départ, le ton est donné : I Know This Much is True ne sera pas une paisible balade ensoleillée au bord de l'eau... Avec sa photographie pâle et sinistre, le réalisateur et showrunner Derek Cianfrance (à qui l'on doit les tout aussi funky Blue Valentine et The Place Beyond the Pines) annonce clairement la couleur. On se retrouve plongé dans cette atmosphère incroyablement morose, qui ferait passer Sharp Objects pour un classique de Disney.

Pas simple de rester devant son écran, en voyant le triste sort que la vie a réservé aux frères Birdsey. Au bout d'un moment, l'affliction est telle qu'elle devient difficile à soutenir. On est rincé. Vidé de toute forme de joie. Et pourtant, on continue. Grâce à Mark Ruffalo.

I know this much is True
HBO

L'acteur de 52 ans livre certainement sa performance la plus aboutie. La plus spectaculaire aussi (n'en déplaise à Hulk). En regardant Thomas et Dominick se déchirer, se retrouver, on oublie vite qu'ils sont interprétés par une seule et même personne. Le coup du double rôle n'est pas nouveau sur le petit écran, de Lisa Kudrow dans Friends (Phoebe et Ursulla) à James Franco dans The Deuce (Vincent et Frankie Martino). Mais la prouesse de Ruffalo est unique, celle d'avoir réussi à donner vie à des jumeaux monozygotes aux personnalités diamétralement différentes, tant et si bien qu'on finit par en oublier que Thomas et Dominick sont nés sous le signe des gémeaux. Totalement habité lorsqu'il se met dans la peau du grand frère dévoré par sa maladie mentale, le comédien se montre fort et usé par le poids de cette relation lorsqu'il incarne son double sain. 

Le spectateur est comme hypnotisé. Harassé par cette tragédie aux longueurs indéniables, mais dynamitée par quelques joutes verbales réjouissantes. Des scènes qui tirent leur force du casting de seconds rôles royal, emmené notamment par une Rosie O Donell ressuscitée. Alors certes, I Know This Much is True n'est pas une oeuvre facile, mais c'est une expérience à vivre.

I Know This Much is True, saison 1 en 6 épisodes, sur OCS chaque lundi soir en France.